Sénégal : Conséquences des violentes manifestations, le Cdt de brigade de Diaobé relevé, Bignona et Diouloulou en téléchargement

@Atlanticactu.com -Après Les prolongations se jouent au niveau de la gendarmerie nationale après les récentes émeutes au Sénégal suite à l’arrestation du leader de Pastef. La hier de la marée-chaussée, fidèle à sa devise « Honneur et Patrie », a décidé de prendre des dispositions partout où les violences ont conduit à des morts d’homme ou de blessés.

Le premier à être concerné est le Commandant de la brigade de Diaobé en attendant ceux de Bignona, Diouloulou..… Il est remplacé par l’Adjudant/Chef Szngaré précédemment Commandant de la brigade de la Foire. L »adjudant/Chef Babacar Moussa Diallo qui commandait la brigade territoriale de Diaobé lors des événements ayant conduit au saccage des locaux, a été relevé et affecté à Diourbel. Plusieurs éléments de la brigade ont également été relevé par la hiérarchie. « Une mesure tout à fait normale car il sera difficile pour les éléments de renouer la confiance avec les populations », confie une source proche de l’état-major.

« Pour éviter des velléités de vengeance et dans le souci de protéger les éléments sur le terrain, il est préférable de changer rapidement les hommes », déclare la même source. Cette dernière de confier à Atlanticactu, « Cette mesure n’est pas une punition mais juste un souci de bien servir car, d’autres brigades comme Bignona, Diouloulou, Ziguinchor etc pourraient connaître les mêmes changements ».

Dans le souci de permettre à la gendarmerie d’effectuer ses missions auprès des populations dans la sérénité , le Haut Commandement a décidé de procéder à des réaménagements au niveau de la Territoriale. Pour ce, partout où il a été relevé des débordements pour ne pas dire des exactions lors des émeutes généralisées du mois de mars, le Général Jean Baptiste Tine a préfèré apporter du sang neuf.

Une mesure qui vient à point nommé quand on sait que les stigmates de la répression ayant causé des pertes en vie humaine et plusieurs blessés graves, sont encore présentes dans les mémoires.

Charlotte Diop 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici