Sénégal : Émeutes pour la libération de Ousmane Sonko, Bignona enregistre un mort (Photos)

Les manifestations qui ont démarré hier lundi à l’issue de l’arrestation du député Ousmane Sonko au moment où il se rendait chez le juge d’instruction pour honorer sa convocation, se sont emparées de la presque totalité du pays. Si jusque tard dans la nuit, on a noté quelques blessés, le pire vient de se produire à Bignona où un jeune homme d’une vingtaine d’années est décédé. Son corps est actuellement acheminé au niveau de la morgue du Centre de santé de la localité, selon une source médicale. Âmes sensibles, ces photos sont atroces…

C’est lundi soir alors que Dakar pansait ses blessures que la fureur s’est déplacée à Bignona dans le Sud du pays et considéré comme le premier bastion électoral du leader de Pastef. Aux environs de 22 heures, les manifestants ont pris d’assaut le domicile du Préfet sis au quartier « Château d’Eau Sud ». Une information que nous confirme Baba Sagna, un conducteur de Jakarta, « Je déposais un client à côté du domicile du Préfet quand j’ai aperçu plusieurs jeunes essayant de défoncer la porte qui résistait, c’est en ce moment qu’ils ont commencé à jeter des cocktails-molotov à l’intérieur ».

« C’est l’arrivée des gendarmes qui a fait éviter le pire. Ces derniers ont dispersé les manifestants et avant cela, ils nous ont demandé de quitter les lieux et sommer les maisons voisines de celle de l’autorité administrative de couper l’électricité », renseigne le Jakartamen.

Cheikh COLY, âgé d’une vingtaine d’années, est le jeune manifestant qui vient de décéder à BIGNONA des suites des manifestations pour exiger la libération de Ousmane Sonko 

Mais, après cette première incursion nocturne sans trop de dégâts, le pire s’est produit ce ce jour. Les jeunes (élèves, collégiens, etc) sortis de nulle part ont mis le département à feu et à sang. La station Total qui avait vandalisée lors des premières manifestations qui avaient suivi la convocation de Ousmane Sonko, a été incendiée. Ne pouvant faire face à cette foule, les gendarmes ont opéré un repli ou plutôt, ont battu en retraite.

Bignona plonge dans la violence et enregistre le premier mort dans les événements post arrestation de Ousmane Sonko. Les gendarmes ont-ils fait usage de belles réelles ? Les manifestants accusent en montrant les photos des blessés. Des images pénibles qui rappellent les jours sombres de la rébellion du MFDC.

En dus de la libération du député Ousmane Sonko, les manifestants n’ont eu de cesse de scander « Non au complot », « Libérez les otages », « Nous exigeons Justice, Équité ». Pour une fois, dans l’histoire de ce département, les femmes du « Bois Sacré » n’ont pu faire entendre raison aux jeunes et l’inquiétude gagne du terrain parmi les populations.

Cheikh Saadbou Diarra 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici