lundi, 14 juin 2021 06:16

Gambie : Nouveau coup dur pour Adama Barrow, l’assemblée nationale rejette la loi sur suspension du vote de la diaspora

Les plus lus

@Atlanticactu.com – Conscient que la diaspora a été déterminante dans la chute de Yaya Jammeh en 2016, le président Adama Barrow multiplie les astuces pour empêcher les gambiens de l’extérieur de prendre part au scrutin présidentiel de décembre prochain. Après la Cour Suprême qui a validé le vote de la diaspora, c’est au tour de l’assemblée nationale de rejeter le projet de loi portant suspension du vote de la diaspora pour causes financières.

Et de deux pour l’opposition et la société civile gambienne qui se sont vertement opposés au projet du président Adama Barrow d’empêcher le vote de la diaspora. Si la Cour Suprême a motivé sa décision par le fait que la Constitution est applicable à tous les gambiens donc, il est illégal de priver de vote ceux de l’extérieur », pour l’assemblée nationale, c’est une question de souveraineté. Les partis d’opposition ont rejeté les tentatives de reporter le vote de la diaspora pour l’élection présidentielle du 4 décembre en raison du manque de fonds.

En effet, après la décision de la Cour Suprême, le gouvernement a essayé la semaine dernière à travers le ministre des Finances et des Affaires économiques, Mambury Njie, qui a déclaré à un comité parlementaire qu’il n’y avait pas de fonds pour le vote de la diaspora car il n’était pas inclus dans les prévisions budgétaires pour 2021.

Mais les partis d’opposition ont exprimé leur désaccord avec la décision du gouvernement et ont clairement fait connaître leur position lors d’un sommet d’une journée sur le projet de loi électorale avec des parlementaires et des représentants de la Commission électorale indépendante.

« Si Adama Barrow peut exonérer d’impôts des sociétés de ses proches, continuer d’élever le train de vie des membres de son gouvernement avec des indemnités et primes à n’en plus finir sans compter les dépenses liées à la présence militaire étrangère, il doit être en mesure d’organiser des élections pour tous les gambiens comme 2016. N’est-ce pas lui qui nous dit que la Gambie d’aujourd’hui est plus prospère que sous l’ère Jammeh?,  selon le Secrétaire à l’information PDOIS Sam Sarr

Pour Sam S’arrête, « Nous ne devrions pas vendre notre souveraineté juste pour organiser des élections », ajoutant que « les citoyens ont le droit de voter et leurs votes doivent être protégés ». Et de conclure, «Nous nous sommes totalement opposés au report du vote de la diaspora et j’exhorte le gouvernement et la CEI à revérifier cette décision.»

L’avocat Ousainou Darboe, chef du plus grand parti d’opposition, United Democratic Party, a déclaré: «La diaspora a beaucoup contribué au développement de ce pays et les lois adoptées devraient être mises en œuvre sans le faire car elles ne sont d’aucune utilité pour les Gambiens.»

«Nous devons investir dans notre démocratie. La diaspora gambienne a énormément contribué à la Gambie et elle devrait avoir son mot à dire dans le gouvernement qui régit les affaires des États », a-t-il ajouté.

Le représentant du Congrès démocratique de la Gambie, Amadou Kah, a déclaré: «Les diasporas devraient avoir le droit de vote parce qu’ils apportent leurs ressources aux affaires du pays.»

Amsatou Barrow 

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents

error: