SANS MORGUE DEPUIS DÉCEMBRE , BIGNONA LANCE UN APPEL À MAREME FAYE SALL

Avec la pandémie du Covid-19, le département de Bignona risque de connaître une autre épidémie si le ministre de la Santé ou plutôt la Mairie ne pare pas au plus pressé. Depuis janvier, le District sanitaire ne dispose plus d’une morgue fonctionnelle au point des parents ont eu à déplorer des cas de putréfaction de dépouilles de leurs proches. En attendant une hypothétique solution, les populations se tournent vers la Première Dame à qui elles rappellent qu’elles également, doivent bénéficier de sa générosité.

Depuis décembre, les populations de Bignona ne savent plus quoi faire de leurs morts. Car, la principale morgue située dans l’enceinte du centre de santé ne fonctionne plus des causes de plusieurs pannes. Aujourd’hui, seules la grande mosquée de Bassene de Il y’a la Grande Mosquée de Bignona et celle de la Gare Routière permettent encore de conserver des dépouilles moyennant la somme de 5000f et ce, pour une courte durée. Face à cette situation qui pourrait être une nouvelle source de maladies surtout en cette période d’hivernage avec des cas de décomposition de cadavres, les populations sont résignées à lancer un appel du cœur à la Première Dame Marième Faye Sall.

Face à ce qui est considéré comme une inertie des autorités, les populations ont lancé un appel à la Première Dame ou plutôt à sa Fondation « Servir le Sénégal » qui s’est illustrée récemment dans le don de plusieurs morgues à certaines localités qui en éprouvaient le besoin. C’est ainsi que pour Ndèye Fatou Sagna, institutrice de son état qui a récemment perdu son père, « A causé de cette panne de la morgue on a enterré mon père sans que certains de ses enfants ne puissent lui dire Adieu tout simplement parce qu’il y’avait risque de décomposition de la dépouille ». Cette complainte de la dame est devenue récurrente aujourd’hui à Bignona.

« La Fondation « Servir le Sénégal » fait des dons partout dans le pays et aujourd’hui, notre souhait est de voir Marième Faye Sall répondre à l’appel des populations qui sont délaissées par les différentes autorités administratives et territoriales », renseigne Ndèye Fatou Sagna  

Après avoir assisté à un crêpage de chignons entre leaders politiques de la commune sur la paternité du projet de transport urbain, les populations locales se sont rendues à l’évidence que leurs préoccupations n’étaient pas la tasse de thé des différentes autorités. Car, comment celles-ci peuvent se donner en spectacle sur un projet de la CETUD conçu pour les populations où aucun franc de la commune n’a été engagée. Alors que l’urgence aujourd’hui, c’est la remise en état de cette morgue en panne.

Pour le docteur Sagna médecin Chef du district de Bignona qui s’est prononcé à ce sujet. « Effectivement, la morgue est tombée en panne entre novembre décembre 2019. Nous avons informé les autorités de cette localité à savoir le maire Mamadou Lamine Keïta qui s’est engagé en faisant passer la commande depuis plus d’un mois ». « Maintenant, je ne saurais confirmer si la perception a validé la commande pour la réception du matériel qui devrait durée 90 jours et qui est une demande générale de la population de Bignona ».

Poursuivant, le Médecin/Chef du District nous apprend, « Dans l’urgence, les dépouilles sont évacuées au niveau des mosquées pour les musulmans mais par contre pour les autres communautés, les morts sont conservés à la morgue de l’hôpital « Silence » où Régional de ziguinchor ». Et de préciser, « Pour ce que j’en sais la panne est due à un problème de moteur qui demande juste d’être remplacé ».

Au début, le technicien avait établi un devis de 350.000 francs avant qu’un nouveau montant d’un million trois cent milles francs soit exigé, n’est-il pas mieux d’acheter une nouvelle morgue. Le Maire, le Préfet dégagent en touche et renvoient la balle du côté du Dr Sagna au moment où l’offre de Pastef rejetée par la direction de l’hôpital 

Si le Médecin/Chef a accepté de parler, ça n’a pas été le cas pour le Maire, le Préfet ou le Président du Comité de Santé. Ces derniers nous ont renvoyé vers un seul et unique interlocuteur qui serait le « seul responsable ».

Ainsi, pour le Maire Mamadou Lamine Keïta, « Rapprochez-vous du Médecin/Chef qui est le seul habilité à en parler » avant de se raviser et nous envoyer le contact de M. Diallo de la SFI en charge de la commande pour la morgue. Ce dernier contacté, consent juste à reconnaître qu’il existe une commande. Quant au montant, les délais de livraison ou s’il s’agit d’une nouvelle morgue, il a préféré ne pas satisfaire notre curiosité.

Pour le chef de l’exécutif départemental, le Préfet Babacar Ndiaye, « Allez voir le Médecin/Chef qui est le mieux placé pour parler de la situation ». Sur un éventuel risque de décomposition de cadavres avec cette chaleur, le chef du service départemental de la sécurité et de la salubrité publique, rigole et nous renvoie toujours vers le Dr Sagna.

Pour Seckou Diedhiou du Pastef, « Après nos dons de sang lors de la pénurie, en apprenant la panne de la morgue et ses incidences sur les populations, nous avions soumis à la direction de l’hôpital de réparer rapidement la panne et d’acheter une nouvelle dans les plus brefs délais ». Mais, nous dit Seckou, « Comme avec les opérations de don de sang, c’est par un mépris total que notre requête a été traitée ».

En attendant, les populations vivent le calvaire avec les dépouilles des proches. Ce qui fait que certaines familles préfèrent ne pas prendre le risque d’acheminer les cadavres à Bignona de peur que l’irréparable se produise.

Fanta Soumaré

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici