jeudi, 8 juin 2023 09:11

Réforme des retraites : 142 interpellations, Jean-Luc Mélenchon exige « la fin immédiate des arrestations »

Les plus lus

France
Atlanticactu/ Paris/ Marie Pierre Dupuy
Au moins 142 personnes ont été interpellées lundi soir à Paris en marge des cortèges sauvages qui déambulent dans Paris depuis le début de la soirée, en guise de protestation contre la réforme des retraites adoptée ce lundi, selon les informations de BFMTV citant une source policière.
Face au nombre important d’interpellations, le chef de file de la France Insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, déplore le fait que « des dizaines de personnes pacifiques ont été arrêtées de façon violente et arbitraire ».
Il assure que parmi ces personnes, se trouvent « Emma Fourreau, co-responsable des Jeunes Insoumis·es, et Laurent Abrahams, militant de LFI » et exige « la fin immédiate des arrestations et la libération des emprisonnés ».
Cette question épineuse des interpellations intervenues depuis jeudi soir en marge des manifestations spontanées qui interviennent chaque soir, a été soulevée tout au long de la journée par plusieurs organisations dont le syndicat de la magistrature et le syndicat des avocats de France.
Pas moins de 11 policiers et gendarmes ont été blessés, lundi soir, en marge des violences intervenues au cœur des cortèges sauvages qui déambulent dans Paris depuis le début de la soirée 
Dans un communiqué publié lundi, le syndicat des avocats de France a rapporté qu’à Paris, « sur les 292 mesures de garde à vue prises en marge de la manifestation de jeudi, seules neuf ont donné lieu à un déferrement notamment pour un rappel à la loi » tandis que « toutes les autres gardes à vue ont été levées sans poursuites ».
« Des journalistes ont été interpellés, un étudiant et photographe a été agressé par les forces de l’ordre », poursuit le communiqué, qui dénonce « des dérives inacceptables et dignes d’un pays autoritaire ».
Le syndicat de la magistrature pointe de son côté « des scènes indignes d’une démocratie : des policiers exerçant des violences illégitimes contre des manifestants et des street medics, des interpellations collectives de manifestants enjoints de s’assoir par dizaines à terre, mains sur la tête, des journalistes faisant leur métier menacé·es ou brutalisé·es ».
À noter que lundi soir, 2 000 policiers et gendarmes sont déployés dans la capitale dont de nombreux effectifs de la Brav-M (brigade de répression de l’action violente motorisée), unité très décriée de la police nationale.
Malgré le nombre, les forces de l’ordre ne parviennent pas à venir à bout des cortèges sauvages qui circulent dans toute la capitale en allumant des feux de poubelles et de barricades.

Plus d'articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Les plus récents