Meurtre de Fatoumata Matar Ndiaye : Perpétuité pour Samba Sow, la famille réclame la « tête » de la député Awa Niang

Imbroglio total, c’est le sentiment le plus partagé après le verdict rendu hier mardi par la Chambre Criminelle de Dakar. Samba Sow est passé de présumé meurtrier à assassin si on se fie à la sentence prononcée. Malgré la sévérité de la sanction, la famille de feu Fatoumata Matar Ndiaye est restée sur sa fin et exige toute la lumière. Samba Sow ne serait-il qu’un vulgaire voleur qui a couvert une crime ?

Une incompréhension dans le rendu du jugement de la Chambre Criminelle, suscité moult interrogations sur le véritable rôle de Samba Sow sur le meurtre de l’ancienne Vice-présidente du Conseil Économique Social et Environnementale survenu en 2016. Son chauffeur Samba Sow avait été arrêté avant d’être inculpé pour le meurtre de la dame.

En effet, au vu de l’Article 280 du Code pénal sénégalais : “L’homicide commis volontairement est qualifié meurtre”.
L’Article 281 du même Code dit ceci également, “Tout meurtre commis avec préméditation ou guet-apens est qualifié assassinat”. Et pourtant Samba Sow n’a été reconnu coupable ni du premier ni du second article. Néanmoins, il va devoir endosser une peine à perpétuité.

Samba Sow, meurtrier ou coupable désigné n’a cessé depuis les locaux du Commissariat de Pikine de désigner les « responsables ». Pourquoi ce silence autour des noms de Awa Niang et de sa tante Fatou Sow

Si la famille de la défunte, qui attendait ce jour est certes soulagée, elle est restée sur sa faim, celle d’entendre les personnes citées donner leur version. En effet, après le verdict, elle a montré qu’elle ne digère pas la non-comparution des personnes citées par l’accusé comme étant les commanditaires et exige la comparution de Awa Niang.

«Nous ne sommes pas du tout satisfaits. Même si on l’avait exécuté, ça ne nous aurait pas satisfaits. Parce que c’est une personne qu’il nous a prise. L’autre problème c’est que depuis trois ans, il cite deux personnes dont sa tante et la députée Awa Niang. Pourquoi la justice ne les appelle pas pour creuser, pour éclaircir cette zone d’ombre-là ? Il dit vrai, il ne dit pas vrai, c’est à la justice de le prouver. Dans un pays sérieux quand quelqu’un cite quelqu’un, on l’appelle pour éclairer les choses. C’est ce que nous attendons de notre justice», a fulminé le frère de Fatoumata Mactar Ndiaye, Amadou Mactar Ndiaye. Car, selon lui, à part la victime et son bourreau, dit-il, personne ne sait ce qui s’est passé dans cette chambre ce jour-là.

Une l sentence bordée de non dits qui enterrent la vérité… momentanément

Malgré les réserves de la famille de la défunte sur ce verdict, leur avocat par contre, est convaincu que cette thèse de la commande criminelle ne tient pas. Pour Me Abdou Dialy Kane, «la Chambre criminelle a compris qu’elle avait en face de lui non seulement un criminel mais également un manipulateur. Parce que ce monsieur a essayé de manipuler les juges et l’opinion en faisant croire que ce crime était consécutif à une commande criminelle qui aurait été faite par l’honorable députée Awa Niang et sa tante».

CHARLOTTE DIOP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici