samedi, 26 novembre 2022 16:57

Guinée Bissau : Cité dans une affaire de 600 kilos de cocaïne, un haut magistrat sommé de démissionner

Les plus lus

@Atlanticactu.com – Depuis l’éclatement de l’affaire portant sur 600 kilos de cocaïne traitée en exclusivité par Atlanticactu.com et dans laquelle de hautes personnalités sont impliquées, les enquêtes se poursuivent au sein de la Police Judiciaire. L’un des magistrats cités, le Procureur général Bacari Biai, est appelé par ses pairs à la démission du PGR pour assurer la transparence dans les enquêtes sur les drogues. Le « général » Umaru Embalò qui avait fait de la lutte contre le trafic son principal cheval de bataille, est aujourd’hui entre le marteau et l’enclume. Osera-t-il  franchir le rubicon et sanctionner ses proches cités dans le détournement de 600 kilos de cocaïne?
Le Syndicat des magistrats du ministère public défie le Procureur général de la République (PGR), Bacari Biai, de mettre son poste à disposition, puisque son nom apparaît dans les audios liés à la prétendue affaire de 600 kgs de drogue, afin que cela permette le processus de l’enquête de se poursuivre jusqu’à la fin.
L’appel à démissionner a été laissé par le président du syndicat, lors d’une conférence de presse visant à condamner les actes du Procureur général de la République, qui selon ce responsable syndical, veut détourner l’attention de la société de l’affaire de drogue en cours.
Domingos Martins a déclaré que tant que PGR ne démissionne pas de ses fonctions, l’enquête sur la question de la drogue que se seraient partagée des magistrats, des militaires et des politiciens, ne pourra jamais être clarifiée. Selon RSM, le cabinet de communication du PGR a été contacté pour donner sa version des faits mais, il promet de ne s’exprimer qu’après avoir eu plus d’informations sur cette conférence de presse.
Pourtant, Domingos Martins responsable syndical assure qu’en ce qui concerne le bureau du Procureur général, concernant sa suspension, il n’a aucun pouvoir disciplinaire sur le syndicat car le président de cette institution défend les interêts du personnel de la justice.
Selon Domingos Martins, cette affaire de 600kgs de drogue, dont 50kgs et plus de 500 mille euros attribués à Bacari Biai, « n’est pas une surprise pour eux en regardant le train de vie du Procureur général Bacari Biai et sa bande qui dans un passé récent, tiraient le diable par la queue ».
Au moment où les magistrats exigent la démission du Procureur général Bacari Biai, la Société Civile demande que le ministre de l’intérieur Botché Candé soit écarté du gouvernement ainsi que toutes les personnes ayant été citées dans cette rocambolesque affaire 
Cependant, toujours sur cette affaire de détournement de cocaïne dans le pays, l’Espace de concert des organisations de la société civile a demandé la démission immédiate du ministre de l’Intérieur Botché Candé et du Procureur général de la République pour permettre aux autorités judiciaires d’enquêter avec plus de transparence pour établir leur implication dans l’affaire proposée du trafic de drogue. Mieux, l’Espace de concertation des organisations de la société civile exhorte le président de la République à destituer immédiatement le ministre de l’Intérieur et le Procureur général de la République.
« Des audios et des rapports d’enquêtes compromettantes ont été fuités sur les réseaux sociaux, à propos des réseaux criminels de trafic de drogue en Guinée-Bissau, avec l’implication présumée des plus hautes hiérarchies du ministère de l’Intérieur et du Procureur général de la République », a déclaré Domingos Martins dans une note à la presse.
Atlanticactu.com

Plus d'articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Les plus récents

Nous suivre sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous et recevez nos dernières actualités