lundi, 14 juin 2021 06:24

Vidéo – Lancement « Objectif 500 » : Assome Diatta dégaine des millions pour l’organisation et promet seulement…. 500 emplois

Les plus lus

Le département de Bignona a refusé du monde vendredi dernier. Pour cause, la ministre du Commerce et des PME et présidente du mouvement « Jappo Ak Assome » y a donné rendez-vous à ses militants pour le lancement de l’initiative « Objectif 500 ». Et malgré l’immensité des fonds dégagés pour l’organisation de ce forum, la nouvelle égérie du pouvoir promet seulement 500 emplois au département de Bignona. Les bignonois s’interrogent sur les bénéficiaires de ce forum.

Au vu des moyens déployés pour le lancement du forum « Objectif 500 », des bus de la société DDD en provenance de Dakar et Thiès sans oublier les autres bus et minicars chargés de convoyer les militants et sympathisants des quatre coins du département, la ministre Aminata Assome Diatta aurait mieux fait de ne pas donner de chiffres. Tellement les attentes et l’espoir étaient grands.

Malgré la présence de plusieurs maires et responsables politiques du département, tout indique que l’APR de Bignona n’est pas encore prête pour dérouler le tapis rouge à celle qui est considérée à ce jour comme une intruse au niveau du parti présidentiel. En effet, la nomination de Aminata Assome Diatta au lendemain de la lourde défaite de l’APR et BBY devant Alé Pastef de Ousmane Sonko, est considérée par de nombreux responsables comme une humiliation pour ceux qui depuis 2009, ont permis au parti de naître et d’exister.

« L’ Objectif 500 » consiste à se fixer le défi d’accompagner 500 jeunes dans l’accomplissement de leur projet social pour améliorer leurs conditions de vie, trouver un emploi, entreprendre, concrétiser leur rêves. Un moyen de lutter contre le chômage 

Avec 500 emplois dans les domaines de l’agriculture, de l’apiculture et de l’Entreprenariat, l’initiative « Objectif 500 » risque d’être un projet mort-né car, constituant une goutte d’eau dans l’espoir suscité par la venue du ministre Aminata Assome Diatta. Cette dernière avait eu à poser durant l’hivernage des actes allant dans le sens de trouver des solutions à l’emploi des jeunes. Mais, pour cette fois-ci, la responsable politique risque de recevoir l’effet boomerang.

Car, Bignona malgré ses fortes potentialités agricoles, halieutiques, rizicoles et de transformation de produits locaux, demeure l’un des départements les plus pauvres du Sénégal. Sans infrastructures et avec le paradoxe, de leaders politiques qui ne parviennent toujours pas à mettre en avant les priorités de développement. Si Assome Diatta persiste à vouloir faire comme ces politiciens, il va s’en dire qu’elle va tout droit à l’échec. Ce qui serait une aubaine pour tous ces Aperistes qui ne lui veulent pas que du bien.

Sur un million d’emplois promis par le président Macky Sall, Assome Diatta qui veut devenir le principal leader politique, mise sur 500 emplois seulement. Bignona, le 2ème département en populations (224.617 habts)  après Kolda risque de s’enfoncer davantage dans le chômage 

Pour les populations de la commune de Bignona, « Nous ne savons absolument rien de ce forum, nous avons constaté l’arrivée massive de bus en provenance de Dakar, Thiès et de l’intérieur du reste de la région », rouspète Amadou Seckou Diatta, un jeune pharmacien. En effet, si ce forum s’est tenu à Bignona, le micro trottoir effectué, renseigne sur la qualité des vrais bénéficiaires….potentiels.

Si des velléités de solutions sont en train d’être trouvées avec l’équipe municipale en place à travers des partenariats avec plusieurs industries dans le cadre de la transformation des fruits notamment de la mangue, la nouveauté est sans conteste l’arrivée prochaine de la société Proplast spécialisée dans le traitement en nouvelles ressources, des déchets issus de la transformation de la mangue et autres fruits ainsi que les déchets plastiques.

Si cette Plateforme Économique Intégrée de Bignona (PEIB) qui est une initiative du maire Mamadou Lamine Keïta, ne sombre pas dans la gestion politicienne, elle pourrait permettre aux jeunes de sortir de la « Jakartarisation » imposée par les leaders politiques locaux.

Cheikh Saadbou Diarra 

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents

error: