Sénégal : Immigration clandestine, vols de rapatriement, les points forts de la visite du PM espagnol Pedro Sanchez

@Atlanticactu.com – Le choix du Sénégal et de l’Angola pour ce premier déplacement du Premier ministre espagnol démontre la volonté de Madrid de chercher à jouer un plus grand rôle sur le continent. Au Sénégal, sans surprise la question de l’immigration clandestine sera à l’ordre du jour mais surtout la signature de nouveaux accords permettant de rapatrier nos compatriotes en situation irrégulière.

Après des années de présence coloniale et malgré sa proximité géographique, l’Espagne a perdu beaucoup de poids en Afrique. Presque tous les premiers ministres espagnols ont tenté de remédier à ce problème, jusqu’à présent sans succès. Pedro Sánchez a entamé mercredi soir à Luanda, la capitale de l’Angola, sa première grande tournée africaine dans le but de reprendre du poids dans un continent connu pour ses turbulences économiques et ses poches de pauvreté, mais avec d’énormes attentes de croissance et où la Chine a pris la tête en Europe et aux États-Unis, Sánchez est ainsi le premier dirigeant espagnol à se rendre en Angola depuis 1992, lorsque Felipe González l’a fait.

La tournée se terminera ce vendredi à Dakar, la capitale du Sénégal, où Pedro Sánchez arrivera hier jeudi en fin de soirée. Le Sénégal est un pays stratégique vers lequel tous les derniers dirigeants espagnols se sont tournés pour tenter de mettre fin à l’immigration clandestine. Une urgence que le Premier ministre Sánchez tentera également d’achever, d’aider les Sénégalais à renforcer le contrôle de l’immigration irrégulière. Et, surtout, les convaincre de reprendre les vols de rapatriement depuis l’Espagne, interrompus depuis 2018.

C’est pourquoi le Premier ministre  se concentrera sur la question de l’immigration irrégulière, une priorité dans sa visite au Sénégal, et dans la recherche d’une plus grande relation économique et l’entrée d’entreprises espagnoles dans de grands marchés publics dans certains pays encore en construction., le grand objectif dans le cas de l’Angola. C’est ainsi que Pedro Sánchez a eu à visiter l’Algérie, le Mali et la Mauritanie, et compte tenir un grand sommet bilatéral au Maroc qui a été retardé à plusieurs reprises.

Le Sénégal est considéré comme l’étape fort de la tournée du Premier Ministre Pedro Sánchez qui espère obtenir les mêmes concessions que ses prédécesseurs. A noter que Sánchez sera attendu sur le scandale des fonds octroyés par l’UE et l’Espagne dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine 

Le temps fort du voyage sera la dernière étape au Sénégal. Le pays d’Afrique de l’Ouest est, depuis des années, un allié clé et solide de la politique espagnole de lutte contre l’immigration clandestine en Afrique. Un fait qui s’explique par sa stabilité politique historique, sa proximité géographique – à seulement deux heures et quart des Canaries en avion – et la présence d’une colonie sénégalaise en pleine croissance en Espagne, résultat des flux migratoires des deux dernières décennies . Quelque 70 000 personnes inscrites font de l’Espagne le troisième pays européen, après la France et l’Italie, comme destination de la diaspora sénégalaise. Le récent pic de départ des pirogues de ce pays vers les îles Canaries et la réactivation imminente des vols de rapatriement seront au centre de la visite de Pedro Sánchez à Dakar.

Le Premier ministre Sánchez sera reçu à Dakar le président sénégalais, Macky Sall, qui occupera l’année prochaine la présidence tournante de l’Union africaine. En novembre dernier et au milieu de la crise migratoire dans les îles Canaries, González Laya la Ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération d’Espagne, avait déjà convenu avec Macky Sall de reprendre des vols de rapatriement « dans peu de temps », mais jusqu’à présent il n’y en a pas eu. La question est extrêmement sensible au Sénégal. En seulement trois mois de l’année dernière, au moins 500 jeunes sont morts en essayant d’atteindre les îles, selon l’Organisation mondiale pour les migrations (OIM). Voir ceux qui ont réussi revenir de force n’est pas un plat de bon goût pour leurs familles et leurs citoyens.

Le contexte sociopolitique n’aide pas non plus. Il y a à peine un mois, l’arrestation d’un chef de l’opposition Ousmane Sonko, a poussé des milliers de jeunes en colère à descendre dans les rues de la capitale et d’autres villes dans des émeutes qui ont montré la frustration et l’épuisement de la population. Ils l’ont fait non seulement en raison de la détérioration de la qualité démocratique ces dernières années, avec l’ombre de l’usage politique de la justice et des réductions de la liberté d’expression, mais surtout en raison des difficultés économiques aggravées par le COVID-19. Malgré cela, des sources gouvernementales espagnoles indiquent qu’il n’y a aucun problème avec le Sénégal pour redémarrer les vols de rapatriement et ils espèrent que cette étape sera franchie sous peu, et plus encore après la visite de Pedro Sánchez.

Yaye Thioro Gueye 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici