Inondations : Keur Massar n’émeut personne malgré le drame des populations

750 milliards de francs pour ça ! Serait-on tenté de dire en constatant l’inertie de l’État face au drame que vivent les populations de cette banlieue dakaroise. Leur Maire, n’en parlons même pas car ayant montré ses limites un certain soir sur le plateau d’une télévision.

Cette situation ou plutôt le drame vécu par les populations de Keur Massar est simplement la résultante des politiques conjoncturelles dont l’État politicien nous a habitué. Autrement, il est difficile de comprendre comment le président Macky Sall jadis Premier ministre de Me Abdoulaye Wade au moment des inondations qui avaient été à l’origine du report des élections Législatives en 2006 et de l’érection du « Plan Jaxaay », continue d’ignorer la mise en place d’une politique structurelle qui seule pourrait sortir le Sénégal de ces inondations.

A l’époque, Me Abdoulaye Wade aux côtés de son Premier ministre Macky Sall avait déclaré, «Il n’est pas raisonnable, pour un pays pauvre, de consacrer en 2006 la somme de 7 milliards (de FCFA, plus de 10,67 millions d’euros) pour des élections, et la même somme en 2007 pour d’autres élections, alors que les deux sont séparées seulement de huit mois et peuvent être tenues en même temps, comme cela se fait dans toute l’Afrique», a estimé Abdoulaye Wade dans cette déclaration solennelle. «Cela nous fait une économie de 7 milliards, que nous affecterons à l’opération de relogement des sinistrés» des inondations, a ajouté M. Wade, en exposant le financement de ce qu’il considère comme un «plan de survie de priorité absolue», appelé «Jaxaay» («aigle», en wolof – le «j» se prononce « dj», et le «x» comme le «j» espagnol).

Outre le budget des législatives, Me Wade a également proposé aux députés de mobiliser 75% «des budgets prévus pour les fêtes de l’indépendance décentralisées en 2006», soit 45 milliards de FCFA sur les 60 milliards programmés (plus de 68,60 millions d’euros sur près de 91,5 millions). «Ainsi, pour l’opération Jaxaay, nous pourrons disposer d’un budget mobilisable de 52 milliards (de FCFA, plus de 79,27 millions d’euros)», a-t-il poursuivi, en précisant que le «succès de l’opération suppose que l’Assemblée nationale décide de repousser les élections législatives» et que son projet «n’a d’autres motifs que de permettre (au pays) de faire face à un sinistre inattendu.»

Khadim Mbodj 

Plus d’informations sur Atlanticactu.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici