Faux et usage de faux : Lamine Faty le Pdt de la commission domaniale de Madina Wandifa arrêté à Dakar

@Atlanticactu.com – Rocambolesque retournement de situation pour le président de la Commission domaniale de la commune de Madina Wandifa. Déjà cité de même que son maire, Malang Seny Faty y dans une affaire de bradage foncier qui leur a valu des auditions au niveau de la DSCOS la semaine dernière, voilà que Mamadou Lamine Faty est épinglé dans une affaire de faux. Ce dont les limiers de la direction des passeports qui l’ont cravaté alors qu’il accompagnait une « cliente » guinéenne se faire délivrer un passeport sénégalais.

Un malheur n’arrivant jamais seul, le président de la commission domaniale de la mairie de Madina Wandifa dans la région de Sédhiou, a vu le ciel se dérober sous ses pieds en se faisant appréhender dans l’enceinte du bureau des passeports. C’est dans la journée d’hier que le Conseiller municipal s’est présenté à Dieuppeul en compagnie d’une dame qui devait déposer un passeport, selon des sources policières contactées par Atlanticactu.com.

Une fois seule face aux techniciens du bureau qui procédaient au dépôt, le Ouolof parlé par la dame a éveillé des soupçons des policiers qui ont voulu en savoir davantage. Elle sera questionnée par les agents sur sa provenance et celle des documents qui lui ont permis d’obtenir la carte nationale d’identité sénégalaise et, ne sachant que répondre, elle est rapidement passée aux aveux en pointant du doigt le « Maire » qui l’accompagnait et qui lui avait facilité l’obtention d’un extrait de naissance à Sédhiou et la carte d’identité au commissariat de Grand Yoff.

 « Ce sont des parents guinéens qui m’ont mis en contact avec M. le « Maire » car, m’avaient ils dit, Faty n’avait pas son pareil pour l’établissement d’extraits de naissance ou carte d’identité et passeports moyennant espèces sonnantes et trébuchantes », a confié Hawa Ba aux enquêteurs.

Selon cette même source, « En voyant les policiers s’affairer autour de sa « protégée », Lamine Faty a voulu prendre la poudre d’escampette » mais, c’était sans prévoir avec la vigilance des agents du service qui ont juré de mettre fin aux intermédiaires et autres faussaires qui avaient fait de ce service leur lieu de villégiature.

Confronté à sa « cliente », le Conseiller Municipal de Madina Wandifa dégagera en touche et dira être venu juste pour accompagner la sœur d’une amie qui ne connaissait pas bien Dakar. « Faux », a rétorqué la dame Hawa Ba qui précise aux policiers être de nationalité guinéenne et que Faty le savait d’autant plus qu’il avait exigé d’être grassement payé.

Questionné sur la véracité des accusations de la dame Hawa Ba, notre source est catégorique. Car, nous dit-il, « les affirmations de la dame « ont été fatale à Lamine Faty dont le classeur fouillé par les enquêteurs, a permis la découverte de plusieurs documents vierges et cachetés (Extraits de naissance, copies littérales, certificats de décès, copies de jugement de naissance, etc….) ».
Face à toutes ces preuves découvertes par dévers lui, Lamine Faty et sa « cliente » feront face au Procureur de la République dans les prochaines heures pour Faux et Usage de Faux, complicité de fraude à l’état civil, trafic portant sur des documents d’identité nationale, etc…

Après enquête, le Directeur de la Police des Étrangers et des Titres de Voyage, Djibril Camara a décidé de prendre une mesure de garde à vue à l’encontre des deux délinquants et de poursuivre les investigations pour essayer de voir l’énormité des dégâts car, selon Hawa Ba, « plusieurs de ses proches ont bénéficié des services de « M. le Maire » Lamine Faty.

 « Combien d’extraits ont été délivrés par l’entremise de Lamine Faty, combien de passeports sénégalais ont pu être octroyés à des Non sénégalais ? Est-ce que cette pratique  ne mettra pas en péril la crédibilité du passeport sénégalais qui figure parmi les plus respectés en Afrique? Le travail entrepris par le Directeur Djibril Camara permet d’espérer de bons résultats  », s’est interrogé Khalifa Diouf, un retraité du bureau des passeports 

Si en sus du foncier qui a fini d’installer la pauvreté dans plusieurs familles de cette commune car n’ayant plus de champs à cultiver pour cause de spoliation foncière, il va s’en dire qu’avec cette nouvelle affaire qui secoue Madina Wandifa, l’État doit urgemment se pencher sur cette commune et tant d’autres où le viol de l’état civil est en train d’hypothéquer l’avenir de plusieurs élèves. Et pour cela, il suffit de faire un tour dans les différents tribunaux d’instance de Sédhiou, Ziguinchor, Kolda août Bignona a pour se rendre compte des dégâts faits.

Au delà de l’état civil, il y’a un autre problème qui risque d’altérer la qualité du passeport sénégalais. C’est pour cette raison que l’officier à la retraite, Khalifa Diouf fin appelle à une implication de tous les intervenants. « Aujourd’hui, il faut rendre grâce à l’actuel directeur le Commissaire Divisionnaire de CE Djibril Camara qui a réussi à repositionner le passeport sénégalais devant les chancelleries étrangères et c’est l’une des raisons qui font que plusieurs étrangers cherchent à s’en procurer par des voies détournées », nous confie M. Diouf.

« Aujourd’hui, le titulaire du passeport sénégalais est par exemple l’un des voyageurs qui peuvent rentrer au Maroc sans visa et il faut se battre pour garder ce privilège et dénoncer les maires impliqués dans le trafic de l’état civil à des fins électoralistes ».

Charlotte Diop 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici