lundi, 14 juin 2021 06:35

Édito : Sentiment d’insécurité ou insécurité notoire (Par Pape SANÉ)

Les plus lus

@Atlanticactu.com – Sommes-nous toujours en sécurité dans ce pays ? Non, même si l’autre tient mordicus qu’il s’agit plus d’un sentiment d’insécurité plus qu’autre chose. Les agressions, les meurtres et violences ne sont en fait que des épiphénomènes. Mais, quand il n’y a plus de sécurité dans les commissariats de police et brigades de gendarmerie au point que des personnes puissent délibérément se prendre avec des Njampé, l’autre pourrait reconnaître enfin qu’il existe une insécurité notoire. Car, plus personne n’est à !

Pourquoi cette frénésie sanguinolente depuis un certain temps ?

Le Sénégal est rouge! Le Sénégal voit rouge et, il suffit d’interroger les vaillants pères et mères de famille habitués à se lever aux aurores pour rechercher la pitance ou ceux-là habitués à arpenter tardivement les nuits de Dakar et de sa banlieue après une dure journée de labeur si l’insécurité est un sentiment.

Pour les moins « chanceux » ayant l’habitude tous les soirs de sortir du travail ou de chez eux pour aller soit prier ou acheter sur le chemin du retour du couscous ou du « fondé » pour le diner de la famille et, marchant d’un pas lent, tranquille, à mille milles de seulement imaginer qu’il puisse rencontrer, sur son chemin, trois lascars empiffrés de substances psychotropes… qui abrégeront sa vie pour quelques centaines de francs et un petit téléphone.

Les meurtres, perpétrés de sang froid à Grand Yoff, Pikine, Keur Massar, Yeumbeul, Bountou Pikine…. par une bande de jeunes voyous reposent encore une fois le problème de l’insécurité à Dakar.

Depuis quelques semaines, il ne se passe pratiquement aucun jour sans que des agressions à main armée, viols et/ou meurtres ne soient déplorés dans les différents quartiers de notre capitale. Malgré la demande pressante de multiplication des commissariats de police, des rondes des policiers et des gendarmes, Macky Sall priorise le recrutement de milliers de volontaires et auxiliaires de police et de gendarmerie.

Plus grave, le recrutement en catimini de 3000 volontaires de police sans au critère au moment où la situation n’a cessé d’empirer avec l’utilisation des nervis sous fonds d’impunité pour casser du sénégalais, inquiète plus qu’il ne rassure. Oui, ce recrutement inquiète dans la mesure où il ne répond à aucune urgence sécuritaire quand on sait que le pays souffre de manque criard de brigades, de commissariats, de moyens….

Inquiets, les citoyens exigent plus de rigueur dans la traque des bandits et une application beaucoup plus stricte des sentences judiciaires.

C’est en effet secret de Polichinelle que la justice fait parfois preuve de laxisme et que nos prisons, au lieu d’être des centres de réhabilitation comme on en voit partout dans le monde, sont devenues des lieux d’endurcissement criminel où, confronté à une réalité sans pitié, le délinquant s’aguerrit, pour devenir plus dangereux encore une fois dehors.

D’autres n’hésitent plus à réclamer ouvertement le retour à la peine de mort. Oui, il y a quelque chose de pourri en notre république. Mais ce n’est pas en éliminant l’effet qu’on supprime la cause. Il va nous falloir critiquer en profondeur et très lucidement nos schémas d’intégration dans la modernité…

Pape SANÉ 

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents

error: