lundi, 14 juin 2021 04:48

Édito : 13 morts, 600 blessés, menaces sur la cohésion nationale….. Ayez pitié du Sénégal (Par Pape Sané)

Les plus lus

@Atlanticactu.com – Des moments sombres, notre pays en a connu et, a toujours réussi par la grâce de son génie de rebondir. Des moments noirs, le Sénégal vient d’en connaître et tarde à sortir de l’ornière. Simplement, parce que certains esprits tordus continuent de penser qu’après 13 morts et plus de 600 blessés, il y’a eu vainqueur ou vaincu. Que nenni, seul le Sénégal a perdu. Pourquoi diantre ne pas se ressaisir et comprendre que nous disparaîtrons autant que les colonisateurs et les pères fondateurs mais, le Sénégal restera Debout.

Le Sénégal pleure ! Il pleure parce que ses propres enfants n’ont pas compris cette grâce accordée par la Nature et, ne se soucient pas de son avenir et n’ont pas pitié de lui. Le Sénégal pleure parce que ses enfants qui ont eu la chance et la lourde responsabilité de le diriger, une fois les grilles du Palais franchies et l’apparition des courtisans, choisissent le luxe, des dépenses extravagantes en lieu et place du travail, du sacrifice au service de la nation.

Exit les priorités nationales ou populaires et bienvenue aux slogans et discours creux, aux promesses stériles, l’arrogance, le clanisme… qui deviennent leur spécialité. Notre pays qui souffre depuis l’aube des temps parce qu’il a eu la mauvaise chance d’avoir un peuple à l’image des mauvais dirigeants. Il a un peuple qui n’apprend jamais des erreurs du passé, un peuple qui se plait dans les violations des lois de la République, un peuple indifférent aux problèmes, aux dangers qui guettent l’avenir de son pays. Une opposition qui se différencie dans le discours mais dont les actes ne sont pas loins de ceux des prébendiers du pouvoir.

Ne devons-nous pas pour une fois sécher les larmes de nos aïeux et préparer le sourire de nos enfants ? N’est-ce pas le moment pour chacun, autorités, hommes politiques, leaders religieux, jeunes, femmes, forces de sécurité et de défense.…de changer de comportement en endossant une parcelle de responsabilité sur ce qui s’est passé en mars dernier. Chacun doit avoir pitié du Sénégal et se dire que le changement, la rupture tant prônée, l’équité sociale, etc nous concernent Tous.

Le sang coule trop dans ce pays et le sang n’a que trop coulé. Ne pas y prêter attention c’est ignorer que l’actuelle situation du pays est loin d’être rassurante surtout pour le projet d’émergente cher à Macky Sall. Et cette situation prouve combien les Sénégalais, dans leur immense majorité, ne comprennent pas ce qu’ils doivent à ce pays. Ils n’auront pas tort en constatant le partage du gâteau ou plutôt des richesses en coquins et copains pendant que le pays traverse d’énormes difficultés dues à l’insécurité, à la crise économique, à la cherté de la vie, les scandales répétés et impunis, le foncier qui est en ébullition …

Malgré les promesses même si elles n’engagent que ceux qui y croient, Macky et son gouvernement n’ont pas daigné réduire les dépenses, leurs trains de vie . Ils font du Wade  sans Wade, du Diouf sans Diouf et pire, ils font du Macky avec MAATEEY. Pour cette raison, les syndicats oublient que le Sénégal est une dans une zone de turbulences et en profitent pour multiplier les revendications comme pour faire rendre gorge à tous ces nouveaux riches, extrêmement riches.

Les hommes politiques, opposition comme pouvoir, avides de position et d’avantages prêts à tout même au risque de détruire ce Sénégal, il est temps même dans l’adversité de travailler pour sauver ce pays dont les larmes commencent non pas à tarir mais, à prendre la mauvaise couleur. Attention, nos larmes deviennent rouges !

PAPE SANÉ 

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents

error: