ÉDITO : Macky voulait réussir un bon coup avec Idy, mais finalement ils en ont pris

Édito
Atlanticactu.com

Lors de son installation jeudi dernier à la tête du Conseil Économique Social et Environnemental, nous avons vu un Idrissa Seck « concepteur des grappes de convergences » dont il est toujours le seul à savoir ce que c’est,  imbu comme jadis,  ravaler ses vomissures en nuançant ses propos sur un quelconque décret de nomination pour le reste de sa carrière. Pathétique et triste quand on peut devant 16 millions de sénégalais se renier. Hé oui,tel est le pouvoir de l’argent surtout le pouvoir que détient l’argent sur certaines personnes qui ont décidé de vivre à la botte d’un État en se professionnalisant dans le métier du politicien.

D’ailleurs, il est grand temps de remercier et de rendre hommage à Aliou Sow et Mary Tew Niane, des anciens ministres qui ont accepté de reprendre la route des amphithéâtres après avoir servi l’État. Des exemples à donner dans ce Senegal qui en manque !

Pour autant, c’est bien fait pour nous pauvres Gorgolous, jamais capables de discerner l’homme et son discours et le discours de l’homme. N’est-ce pas que depuis mathusalem, ces politiciens nous montrent le peu d’estime qu’ils ont pour nous, nous montrent qu’ils sont de vrais caméléons  et dont les seuls intérêts du moment prévalent quelqu’en soit le prix. Depuis le Général gouvernement élargi sous Abdou Diouf, ces politiciens ont décidé d’appartenir à tous les régimes parce que nous leur donnons la possibilité de ne plus avoir honte de retourner leur veste.

Mais, cette désinvolture du remplaçant de Mimi Touré cache mal une victoire à la Pyrrhus. Une victoire du président Macky Sall, Khalife Général des politiciens qui va laisser des traces et nuire à la grande coalition mise en place depuis 2012. Oui c’est ce qu’on appelle une victoire à la Pyrrhus car le succès coûte aussi cher qu’une défaite. Et l’affaire va leur revenir comme un boomerang. Ne dit-on pas souvent que c’est à cause de la trahison, la lâcheté et l’hypocrisie sont des religions en politique et c’est bien pour cela que nous avons de mauvais gouvernants. De toutes façons, il y avait des arrière-pensées politiques des deux côtés, non?

Il proclame sa loyauté. Mais doit-on être loyal envers un président qui, en son temps, a donné l’exemple du contraire ? C’est la question de l’après-entrisme. De toutes façons, Feu Moustapha Wade, le frère bien aimé du président Abdoulaye Wade me disait souvent, « qui a trahi trahira. »

En attendant les sénégalais continuent de mourir dans les océans sans oublier les hémodialysés dans les hôpitaux qui courent le risque de voir à la baisse leurs séance de dialyse au motif qu’il y’a un manque de kits. À la vérité, l’État est au rouge et les sous ont servi à habiller, loger, véhiculer tous ces nouveaux ministres nommés pour faire oublier ceux-là qui n’ont jamais osé affiché leur ambition présidentielle. Aly Ngouille Ndiaye, Amadou Ba, Mouhamadou Makhtar Cissé et Mimi Touré.

Pape Sané

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici