ÉDITO : Idy Président du CESE, quelle magistrale gifle ! (Par Pape Sané)

Édito
Atlanticactu.com

Idrissa Seck, l’opposant devenu allié. Tel pourrait être le titre d’une pièce de théâtre dont raffolent les sénégalais. Mais, pour cette fois-ci, Mara l’adepte des Hadiths du Prophète (PSL) et des sourates du Saint Coran qui lui ont valu ce sobriquet, montre à nouveau son vrai visage.

Oui, il le montre finalement ce visage toléré par les sénégalais qui au lendemain de la première alternance démocratique, avaient suivi avec stupeur cette affaire de vente (forcée) d’un nom de domaine à la Sonatel. Une affaire de milliards soit dit en passant. Bref, on avait vite oublié jusqu’aux fameux CD de « LUI ET MOI », des CD qui avaient fini de démontrer l’empressement de l’homme et sa boulimie pouvoiriste.

Qui ne se rappelle pas de cette boutade du candidat à la présidentielle de 2007 « I was born to lead »? Rien que ces quelques mots auraient pu permettre aux sénégalais de se lacérer le corps en apprenant la nomination de NGORSI comme président du CESE après avoir réussi de convaincre il y’a quelques mois tous les candidats à la présidentielle de Février 2019 de ne pas contester la « victoire » de THIOMPAL. Curieusement, c’est ce THIOMPAL qui vient de signer ce Décret à celui qui chantait partout que pour le reste de sa carrière, il ne profiterait plus d’un DÉCRET.

Quelle gifle ! Que Mara soit nommé, soit le candidat de BBY pour 2024, le Sénégal est tombé à la renverse depuis dimanche. Sans tomber dans les excès d’une blancheur sans tâche, l’idée que le pays soit à ce point conservateur, protectionniste, centré sur lui-même et hostile à la manipulation politicienne est un choc. On savait THIOMPAL fin stratège, « Khalife Général des politiciens », comme il aime à s’en enorgueillir depuis toujours, mais de là à mépriser davantage les citoyens, va finir de se retourner contre lui et tous ses semblables.

Aujourd’hui, la moitié de la population voie désormais les choses ainsi et, constate que les promesses et les slogans ne sont rien d’autre qu’un vaste puzzle d’une pièce de théâtre sans fin.

Idrissa Seck, l’opposant devenu allié, continue de susciter la polémique au Sénégal. Et de grâce, qu’on ne s’amuse point à essayer de donner des leçons de morale à tous ces braves GORGOLOUS dont le seul tort est justement de croire, de continuer de croire, tellement la précarité et le désespoir ont obturé leurs facultés de discernement.

Ravaler ses vomissures. Quelle erreur ! Obnubilée par la victoire de ce président honni, une écrasante partie de l’opposition a cru en l’image façonnée de Mara. Un sénégalais sur deux était pour une vraie rupture en 2024 et avait suivi le mot d’ordre des candidats malheureux à la dernière présidentielle. Laisser THIOMPAL gouverner malgré les douteux résultats et préparer les échéances futures !

Sans arrière-pensées pour beaucoup, on avait suivi Mara qui en était à sa troisième présidentielle. Hélas, il n’y avait qu’un miroir déformant et la réalité était autre.

Babacar Diop, Cheikh Bamba Dieye, Bougane Gueye Dany claquent la porte de Idy 2019.

Quelle leçon ! C’est maintenant un fait établi, il existe dans notre société un puissant courant de résistance au changement, une base patriotique solidement installée, dont la caractéristique principale est qu’elle est difficile à appréhender. C’est elle qui a fourni les Guy Marius Sagna, Karim Xrum Xax, Abdourahmane Sow du COS/M23, c’est elle qui galère au jour le jour, qui veut travailler lorsque le Covid19 ou ce qui en reste l’en empêche, qui s’inquiète de la montée inexorable de l’insécurité et de l’incapacité du gouvernement à juguler la mal gouvernance, la délinquance foncière . C’est elle qui, jusqu’à présent, a préféré prendre une part active toujours davantage à chaque scrutin. Preuve est faite, avec la double gifle, que cela peut changer.

Pape Sané

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici