vendredi, 19 juillet 2024 05:09

Ziguinchor : Chut, Malang Camara tombe sous les balles, l’Omerta toujours imposé

Les plus lus

Sénégal 🇸🇳 
Atlanticactu / Dakar / Cheikh Saadbou Diarra
Et une nouvelle fois, l’usage des armes létales lors des manifestations fera de nouvelles victimes ou tout au moins, une victime selon la version officielle. Après plusieurs heures de tirs d’armes automatiques entendus dans plusieurs quartiers de Ziguinchor, les morts et blessés par balles sont dénombrés. Un jeune élève répondant au nom de Malang CAMARA atteint à la tête par un projectile, n’a pas survécu. Plusieurs autres manifestants blessés se trouvent également en soins intensifs. Mais à Ziguinchor, il est interdit d’en parler…
Après Alpha TOUNKARA abattu à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis suite aux manifestations contre le report et Modou GUEYE froidement tué à Colobane (Dakar, tous deux atteints par des balles, c’est Ziguinchor qui prend la relève. Le bilan macabre est déjà hallucinant. Plusieurs manifestants atteints par balles ont été évacués dans les services hospitaliers de la ville mais hélas, le jeune Malang CAMARA est décédé. Le constat a été fait par les médecins de l’Hôpital Régional à 23 H 43 au moment où les autres jouent contre la mort.
Une situation qui a fait sortir le député Guy Marius SAGNA de ses gonds, « Landing Camara tué à Ziguinchor par le régime de Macky Sall après les assassinats de Alpha Tounkara à Saint-Louis et de Modou Guéye à Dakar. Mes condoléances à la famille de Landing. Que son âme repose en paix et que notre Seigneur l’accueille en son paradis….
C’est clair, Macky Sall a donné des permis de tuer des sénégalais à certains agents des forces de défense et de sécurité pour sécuriser son coup d’État constitutionnel.
Macky Sall et ses complices qui donnent et appliquent des ordres manifestement illégaux paieront pour tout ce mal qu’ils ont fait à toutes ces familles endeuillées, à notre peuple meurtri.
Non au coup d’État constitutionnel ! »
« Nous considérons l’absence de sanctions de la CEDEAO, de la France, des États-Unis, de l’Union européenne contre Macky SALL comme un soutien indéfectible aux exactions commises contre les sénégalais », a dénoncé Seydi GASSAMA, Président d’Amnesty International / Sénégal
Pour avoir refusé de se soumettre à l’autorité de la loi qui fixe la fin de son second mandat au 02 avril 2024, le président Macky SALL a plongé le Sénégal dans une nouvelle spirale de violences. Malgré le Décret annulant la convocation du corps électoral pour le 25 février prochain, malgré le vote de la proposition de loi actant le report de la présidentielle par un groupe de députés acquis à sa cause et la prorogation du mandat présidentiel, les sénégalais comptent faire faire respecter la Constitution à Macky SALL.
L’appel de l’opposition, de la Société Civile trouve un écho favorable à celui de l’Union Africaine, de la CEDEAO, de l’Union européenne, des États-Unis, etc qui ont exigé au président Macky SALL d’organiser la présidentielle selon le calendrier républicain. Comne un seul homme, les sénégalais de tous horizons ont répondu à l’appel d’une ville morte et d’un grand rassemblement à la Place de la Nation pour stopper le funeste projet de Macky SALL qui avait renoncé à un troisième mandat grâce à la forte pression populaire mais qui n’avait jamais promis de quitter le pouvoir le 02 avril 2024.
Face au silence sur les dizaines de morts par balles et des centaines de blessés lors de manifestations depuis 2021, les sénégalais souhaitent voir des sanctions dures prises contre Macky SALL et son régime. « Si rien n’est fait d’ici lundi, nous devrions prendre notre destin en main et considérer que la CEDEAO, l’Union Africaine, l’Union européenne, les États-Unis etc, ont décidé de couvrir les forfaits du président Macky SALL », s’est indigné Cheikh NIASS le PDG du Groupe Walfadjiri dont la licence d’exploitation de télévision a été retirée.

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents