« Nous avons toutes les preuves et sommes confiants », dixit Me Abdou Dialy Kane l’avocat de Adji Sarr

Selon l’avocat, pourquoi vouloir accepter à Ousmane Sonko ses droits et les refuser à Adji Sarr? Et de préciser « Devant le juge, la personnalité de Ousmane Sonko n’aura pas son pesant d’or ». Me Abdou Dialy Kane de revenir pour dire que « tout ce qui se dit dans la presse n’intéresse pas le juge, mais uniquement les faits ». Un propos assez clair contrairement à l’autre hurluberlu adepte des procès par voie de presse.

Dans des propos rapportés par Pressafrik, l’avocat de Adji Sarr déclare détenir toutes les preuves qui montre qu’Ousmane Sonko a bien violé sa cliente. Des preuves qu’il présentera devant le juge pour prouver la culpabilité du leader de Pastef. « Les juges ne vont pas s’interroger sur l’aspect politique. Tout ce qui va les intéresser, ce sont les faits et le droit. Les faits, c’est que, notre cliente a été victime d’un viol et nous disposons de toutes preuves de l’existence de ce viol », dit-il.

Pourtant, il n’y a guère longtemps, Me Kane révélait « La majeure partie des infractions de viols débauchent souvent sur des décisions de relation au bénéfice du doute ». Selon la robe noire, «Le viol peut-être commis sur n’importe qu’elle personne… »

Pour lutter contre les agressions sexuelles, Macky Sall avait annoncé qu’un projet de loi visant la criminalisation du viol sera bientôt soumis à l’assemblée nationale. Joint par Iradio, Me Abdou Dialy Kane livre la définition du viol à partir des disposition du code pénal.

« A travers les dispositions de l’article 320 du code pénal, le viol est constitué par tout acte de pénétration sexuel de quelque nature que ce soit commis sur la personne d’autrui par violence contrainte, menace ou surpris même s’il s’agit d’un couple.

Dès lors que le mari a imposé l rapport sexuel à sa dame. Il s’agit d’un viol. La loi est impersonnelle le viol peut être commis sur n’importe qu’elle personne quelque soit la relation». Ainsi, des cas de viols soumis à la justice aboutissent à une relaxe au bénéfice du doute. «Le dossier de viol pose toujours un problème de preuve.

Donc, en matière pénal la personne ne doit être condamnée que si cette infraction est établie de façon certaine sur la base de preuve irréfutable. Ce qui selon Me Abdou Dialy Kane, n’est pas souvent pas le cas. Et l’opinion publique ne comprend pas pourquoi dans la majeure partie des infractions de viols débauchent souvent sur des décisions de relation au bénéfice du doute.

Charlotte Diop 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici