Mauritanie : Après les interpellations, Nouakchott passe à la vitesse supérieure

En Mauritanie, depuis dimanche, au lendemain des élections contestées du 22 juin le pays tourne au ralenti à cause des manifestations organisées dans la capitale et dans d’autres villes pour revendiquer la victoire de l’opposition et le départ des militaires.

Lors de ces manifestations, plus d’une centaine de ressortissants des pays riverains comme le Mali, le Sénégal, la Guinée ou la Gambie, avaient été interpellés. À la suite de cela, le ministre de l’intérieur avait nommément cité les pays voisins comme étant à l’origine des manifestations. Malgré des accusations d’une extrême gravité de la part de Nouakchott, aucun officiel sénégalais n’a daigné utiliser les canaux officiels pour dément ou condamner cette sortie. Pourtant, pour moins que cela, les éternels donneurs de leçons avaient effectué un tir groupé sur l’ancien président gambien, Yaya Jammeh

Aujourd’hui, Les autorités Mauritaniennes ont décidé de passer à la vitesse supérieure en procédant à des déportations des personnes qu’ils accusent d’être étrangers vers le Sénégal. Ces deportations survient après l’apparition des détenues au palais de justice dont certains sont toujours emprisonnées. Au moment où nous mettons en ligne, près d’une vingtaine de nos compatriotes, sont parqués dans un poste de police frontalier en attente d’être expulsés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici