Le secret de Google pour réussir: piller les sites qu’il référence

Y a-t-il quelque chose que Google ne sache pas? Quand je ne suis pas sûre de l’orthographe d’un mot, je vais sur Google et je tape un truc qui s’en approche vaguement. Quand j’oublie la recette du vodka Martini, Google me dépanne. Quand je n’arrive plus à me souvenir des paroles d’une chanson, hop, Google. Dans tous ces cas, de plus en plus souvent je ne quitte même pas le moteur de recherche pour trouver ce que j’ai besoin de savoir. Au fil des ans, ce qui avait pour vocation d’orienter les internautes vers d’autres sites est ouvertement devenu le lieu où trouver une foule de réponses. Lorsque la première chose qui apparaît sur une page de recherches Google c’est une recette de vodka martini super pratique, tirée d’un site de cocktails quelconque, c’est ce que Google appelle un «featured snippet». Qui est l’objet du courroux de tout un tas d’autres sites.

Y compris d’un certain Genius. Dimanche 16 juin, le Wall Street Journal a révélé que ce site avait publiquement dénoncé Google pour s’être approprié des paroles qu’il avait publiées et les avoir postées dans ses propres résultats de recherches. Pour le prouver, Genius a usé d’un stratagème plutôt malin. L’entreprise a expliqué qu’elle utilisait plusieurs styles d’apostrophes dans ses publications –et qu’elle avait retrouvé ce même format dans les paroles proposées par les pages de recherches de Google.

Conséquence, s’indigne Genius, son site subit une baisse de fréquentation. Cette plainte arrive juste au moment où le ministère de la Justice américain serait en train de préparer une enquête sur les possibles pratiques anticoncurrentielles du moteur de recherche. Google dit utiliser un autre site tiers, LyricFind, pour trouver les paroles de chansons qu’il publie. Celui-ci a affirmé au Wall Street Journal ne pas prendre ses paroles de chansons chez Genius. Or, Genius explique qu’il a placé les différentes formes d’apostrophes de ses textes de manière à ce qu’il suffise de les décoder en points et en tirets pour qu’elles écrivent les mots «red handed» en morse. Soit, en français: «La main dans le sac.»

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici