Guinée Bissau : À quelques jours de l’an 1 de Umaru Embalo à la présidence, Nuno Nabiam sur siège éjectable

@Atlanticactu.com – Le feu couve au sein de l’alliance qui avait permis d’introniser Umaru Embalo bien avant la décision de la Cour Suprême Bissau guinéenne. Le trio composé de Nuno Nabiam président de l’APU-PDGB devenu Premier ministre, de Cipriano Gassamá vice président du PAIGC auréolé du titre de président de l’assemblée nationale et du « général », Umaru Embalo soutenu par le MADEM-G15, est en passe de voler en éclats. Et selon des sources dignes de foi, l’ancien « faiseur de roi » Nuno Nabiam est déjà sur siège éjectable.

Va-t-on assister dans les prochaines semaines à des batailles fratricides au sein de la coalition au pouvoir? Tout porte à le croire. Depuis le dernier Conseil des ministres qui avait été le théâtre du début du clash entre le président autoproclamé et son Premier ministre suite à la décision de Umaru Sissoko Embalo de s’arroger la très liquide commission de de l’Autorité chargée de réguler les hydrocarbures (ASECO) qui depuis sa création, était rattachée au cabinet du Premier ministre, les choses commençaient à se préciser.

Devant le refus de l’actuel Premier ministre qui pour rappel, député en 2020, avait pris la lourde responsabilité d’investir Umaru Embalo dans un hôtel au moment où Cipriano Gassamá, premier vice-président du PAIGC et président de l’assemblée nationale, déclarait assurer l’intérim du président de la république José Mario Vaz, le « général » a donné instructions à la police judiciaire « l’ordre de fermer les portes de l’ARSECO, l’entité de régulation du carburant et des hydrocarbures en Guinée Bissau et, de tout sceller avec des cadenas ».

Umaru Sissoco Embalo, certainement bien conseillé par ses « frères » de la CEDEAO, veut faire bon usage de ce désaccord pour se débarrasser d’un allié devenu trop lourd. En termes clairs, des mécanismes sont déjà activés pour la mise à mort de l’ancien faiseur de roi, Nuno Nabiam.

Le partage du butin a-t-il déjà commencé à faire naître des doutes autour de ces trois compères qui devaient assurer la transition jusqu’aux prochaines législatives? La guerre fait rage dans ce qui est considéré comme « le gang des usurpateurs »  du pouvoir ldu 27 février 2020.

Aujourd’hui, fort du discrédit qui pèse sur les têtes du Premier ministre Nuno Nabiam et du président de l’assemblée nationale Cipriano Gassamá, le clan Sissoco Embalo a opté pour la provocation afin de renforcer le malaise ambiant entre Nuno Nabiam, le Premier ministre maintenant sans pouvoir et le président de la République qui veut être un hyper président sans que la Constitution ne l’autorise.

Pourtant, il y’a quelques semaines, toute honte bue, le premier vice-président du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), Cyprien Cassama, qui avait tourné casaques, a dénoncé un climat de méfiance profonde, d’intrigue, de tentative de rébellion et de malaise entre le trio (Embalo, Nabiam, Cipriano), après l’investiture du « général » après la reconnaissance de la CEDEAO.

Umaru Embalo avait déjà annoncé la couleur en déballant publiquement que tous les politiciens Bissau guinéens recevaient régulièrement des enveloppes du président sénégalais Macky Sall. Cette sortie avait jeté le trouble au sein de l’armée qui a toujours soutenu Nuno Nabiam. Certains chefs militaires, qui étaient auparavant des inconditionnels  de Nuno Nabiam le Premier ministre, ont quasiment tourné le dos en apprenant de la bouche du « général » Embalo , que ce dernier serait en train de « manger seul, sans partager avec eux, leurs soutiens d’hier ».

Selon des observateurs de la scène Bissau guinéenne, « La chute de Nuno Nabiam serait imminente. Surtout que les militaires veulent maintenant assumer leurs responsabilités après avoir subi une fois encore les trahisons des politiciens. Une situation qui intervient malheureusement avec le renouvellement des sanctions contre les militaires par le Conseil de sécurité de l’ONU.

Pape Sané 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici