Gambie : Trafic de drogue, la Dleag incinère 52 kg de cocaïne et « oublie » les trois tonnes saisies au port

0
219

@Atlanticactu.com – Les autorités gambiennes ont procédé à l’incinération de quatre tonnes de drogue saisie par la Dleag, l’agence de lutte contre la drogue en Gambie qui a organisé cette semaine un exercice public de destruction de drogue. Son directeur général Bakary Gassama a révélé que la drogue détruite est évaluée à 109 millions de dalasis soit plus d’un milliard de francs CFA. Mais, les gambiens s’interrogent sur la destination des trois tonnes de cocaïne saisie en janvier dernier au Port de Banjul.

Selon Bakary Gassama, « Nous sommes sur le point d’assister à la destruction de 4 tonnes de drogue composées comme suit : 607, 700 kg de cannabis, 238, 264 Kg de résine de cannabis (hasch), 17 g d’héroïne,  52, 13 Kg de cocaïne. La valeur marchande de ces drogues s’élève à cent neuf millions cinq cent vingt-neuf mille soixante-dix dalasi (D109, 529, 070.00). cela équivaut à deux millions cent six mille trois cent vingt-huit dollars et soixante-dix-sept cents (2 106 328,27 USD) ».

Présidant l’événement qui s’est tenu mercredi à Old Cape Road, le directeur général de la Dleag Bakary Gassama a déclaré que la destruction publique de la drogue est une pratique qui démontre une gouvernance responsable des forces de l’ordre dans la gestion des expositions de drogue. Mais, s’interroge Ebrima Sumareh un Activiste gambien, « Nous félicitons les membres des forces de sécurité mais, la Dleag doit nous éclairer sur la destination des 3 tonnes de cocaïne saisies en janvier. Cette drogue qui est estimée à quelques 75 milliards de francs CFA et dont les principaux propriétaires, continuent de humer l’air de la liberté, nous intéressent beaucoup ».

Abdoulie T.B. Jarra, secrétaire permanent du ministère de l’Intérieur et membre du DLEAG qui représentait M. Gaye Sowe, président du conseil des gouverneurs du DLEAG, a déclaré que la consommation de drogues illicites avait eu un impact négatif sur la vie des jeunes.

« L’abus de drogues et le trafic de drogues illicites ont un impact négatif énorme sur nos jeunes. Les jeunes sont trompés en leur faisant croire qu’ils peuvent se débrouiller grâce à la drogue et abandonner l’éducation pour s’aventurer dans la toxicomanie et le petit commerce de drogues, se retrouvant ainsi dans la rue. Il y a également des indications claires que les drogues illicites ont un impact négatif sur la demande de santé publique comme la plupart des admissions en psychiatrie dans ce pays », a-t-il déclaré.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here