Faux et Usage de Faux : Après le « Dr Amadou Samba », le secteur de la Santé risque d’être éclaboussé par un faux brevet

Aussi incroyable qu’inimaginable, l’affaire du faux docteur Amadou Samba pourrait être l’arbre qui cache la forêt. Cette affaire qui avait mis mal à l’aise le département de la Santé et le ministre Abdoulaye Diouf Sarr est en passe d’être éclipsée par une autre affaire qui risque d’éclabousser du beau monde dans les prochains jours. 

Selon des investigations menées par Atlanticactu.com, une affaire brevet est en train de polluer le monde de la santé et de la recherche. Plusieurs sommités sénégalaises et internationales contactées par votre Serviteur se sont indignées du silence des autorités notamment universitaires sur un présumé brevet décerné.

En effet, hormis ces indignations, des recherches effectuées sur pubmed qui est l’une des plus grandes bases de données bibliographiques en sciences biomédicales et, dont la couverture a débuté en 1945 avec plus de 30 millions de références, ont permis de découvrir que le chercheur en question n’est titulaire d’aucun brevet. Mais, pour en être mieux édifié, un questionnaire a été transmis à l’intéressé. Et sans réponse de sa part, l’article sera publié dans les prochains jours avec des témoignages de médecins et chercheurs à l’appui.

Une histoire de faux brevet qui ne semble déranger personne et qui ressemble à tout point de vue à l’affaire du « docteur »Amadou Samba, qui assistait à côté d’Abdoulaye Diouf Sarr, aux réunions du ministère de la Santé 

C’est en début de pandémie du Coronavirus que le sieur Amadou Samba, se disant médecin et titulaire de cabinets médicaux à Dakar et à Rufisque, a été arrêté par la Sûreté Urbaine pour exercice illégal de la médecine et usurpation de fonction. Pourtant, ce « docteur», membre de la Convergence des cadres républicains (Ccr), qui a fait les plateaux de plusieurs télés (Tfm, 2s, Rdv…), était un faux. La Sûreté urbaine (Su) a mis à nu son système criminel à partir des tests du Coronavirus erronés qui pourraient causer la mort à certains de ses patients.

Si le maître des poursuites a décidé de confier l’instruction de cette affaire à un juge d’instruction, il est certain que l’étendue des dégâts causés par Amadou Samba qui, dès 2015, opérait des patients, sera une grosse farce par rapport à cette affaire de faux dont plusieurs chercheurs sénégalais et étrangers exigent toute la lumière.

« C’est une honte et de l’irrespect portés à la mémoire d’illustres disparus comme les Pr Iba Mar Diop, Ibrahima Pierre Ndiaye, Fallou Cissé, Marc Sankalé… », consent à nous confier cet agrégé de médecine qui requiert l’anonymat. Pour ce dernier, « C’est la faculté de médecine de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar qui risque de perdre son aura quand on sait que ce département est considéré comme l’un des meilleurs en Afrique ».

Pape Sané 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici