jeudi, 1 décembre 2022 02:36

En perte d’influence, Macron accuse la Russie de poursuivre un « projet prédateur » en Afrique

Les plus lus

Après avoir été chassé du Mali par la junte au pouvoir, les militaires français dont le président Emmanuel Macron vient d’annoncer la fin de l’opération Barkhane, sont devenus indésirables dans plusieurs pays d’Afrique. Pour preuve, une vague de manifestations anti-françaises a récemment balayé la région du Sahel en Afrique, de nombreux manifestants exprimant des sentiments pro-russes, alors que Paris commence à retirer ses troupes après avoir subi des revers militaires pour contrer les menaces à la sécurité. Au cours du week-end, Macron a admis que l’influence française dans la région avait diminué.
En marge d’un sommet des pays francophones en Tunisie ce week-end, Macron a été invité par des journalistes à répondre aux critiques qui disent que la France exploite les liens historiques avec ses anciennes colonies dans de nombreux domaines tels que l’économie, la politique et la culture, pour protéger et servir ses propres intérêts.
En réponse, Macron a affirmé que ce genre de point de vue était “alimenté par d’autres” dans le cadre d’un “projet politique spécial financé par la Russie, parfois d’autres” pour pousser la désinformation parmi les nations africaines. Et le chef d’État français d’enfoncer le clou, en accusant la Russie de répandre la désinformation pour faire avancer ce qu’il a qualifié de « projet prédateur » en Afrique.

« Un certain nombre de puissances qui veulent étendre leur influence en Afrique le font pour blesser la France, blesser sa langue, semer le doute, mais surtout poursuivre certains intérêts », a-t-il déclaré.

Le dirigeant français a affirmé que même si les trois quarts des personnes qui vivent en Afrique aujourd’hui ont moins de 25 ans et n’ont jamais connu la colonisation française, le passé est utilisé par des puissances étrangères pour discréditer la France et son activité sur le continent. Il a souligné que la France devait renforcer sa coopération avec l’Afrique, notamment avec sa jeunesse.
En tant qu’ancienne puissance coloniale dans la majeure partie de l’Afrique occidentale et centrale, Paris entretient des liens militaires de longue date dans la région. Les troupes françaises ont été stationnées au Mali pendant près d’une décennie dans le cadre d’une mission antiterroriste dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.
Aujourd’hui, Moscou joue un rôle dans la stabilité militaire et économique de l’Afrique, selon le ministre Sud-africain de La Défense 
Cependant, plus tôt ce mois-ci, le président Macron a officiellement annoncé la fin de l’opération antiterroriste connue sous le nom de Barkhane. L’opération a fait l’objet de critiques sévères beaucoup la décrivant comme un échec “à tous égards” et la blâmant pour les troubles continus dans la région.
L’opération française s’est heurtée à des manifestations de masse, dont les participants ont critiqué l’inefficacité de la mission militaire et l’incapacité à assurer la sécurité des pays hôtes.
Des responsables français ont récemment déclaré que le pays ne cesserait pas de fournir un soutien militaire à l’Afrique et qu’une nouvelle stratégie serait élaborée en coopération avec des partenaires africains. Macron a promis de réorganiser les engagements militaires et politiques du pays dans les pays africains pour les aider dans la lutte contre le terrorisme et assurer la paix et la sécurité sur le continent.
Le  deuxième sommet Russie-Afrique, prévu pour 2023, se concentrera sur le développement de moyens d’élargir la coopération économique entre les pays et les continents. Il devrait donner un nouvel élan aux contacts commerciaux, économiques, d’investissement, scientifiques, technologiques et culturels.

Plus d'articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Les plus récents

Nous suivre sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous et recevez nos dernières actualités