Coupe illicite de bois : Le pire évité de justesse entre agents des Eaux et Forêts et MFDC du camp de Mongone

@Atlanticactu.com – A cause de l’insouciance de jeunes habitués au gain facile, les agents des Eaux et Forêts de Diouloulou qui avaient surpris ces coupeurs de bois dans la forêt de Mongone, ont failli le payer cher. Des éléments du MFDC se sont opposés en « saisissant » le véhicule réquisitionné pour l’enlèvement des troncs d’arbres et menacé de sévir. Lesdits agents auraient été muté et une médiation a abouti à la récupération du véhicule. A peine des heures après que des bûcherons aient échappé au pire dans la forêt de Boffa, une mèche est allumée à Mongone.

Dimanche 17 janvier dernier, des jeunes coupeurs de bois ont investi la forêt de Mongone sise à quelques encablures du village de Ébinako sur la route nationale 5 enfreignant du coup « l’accord » entre les éléments du MFDC installés à Mongone dans la zone des palmiers et les villages riverains. Surpris, ces derniers ont pris la fuite laissant sur place des troncs déjà coupés. Les agents des Eaux et Forêts de Diouloulou en patrouille, ont voulu enlever lesdits troncs mais, ils feront face à une rude opposition des éléments du MFDC . C’est à la suite d’une médiation de certains conseillers de la commune de Djinaky que ledit véhicule a été restitué hier vendredi (voir photo).

Alertées après l’incident, les autorités du département de Bignona et de l’arrondissement de Kataba 2 ont essayé de désamorcer la crise en dépêchant une mission de bons offices auprès des responsables du « camp » de Mongone. Mais auparavant, lesdits agents auraient été relevés manu militari, nous confirme une source proche de la préfecture de Bignona.

Après plusieurs jours de médiation, certains conseillers municipaux et chefs religieux ont réussi à obtenir la restitution du véhicule réquisitionné. Au même moment, les agents impliqués dans cette affaire sont affectés à Foundiougne et Kebemer, nous dit-on. Le véhicule est à la mairie de Djignaky dirigée par Moustapha Lo Diatta l’ancien ministre 

« Ces agents auraient du prendre langue avec l’autorité administrative avant de s’aventurer dans cette forêt », nous dit Lamine Badji, un ancien Conseiller. Et de nous révéler, « Ces éléments de Mongone ont aidé à bien entretenir cette forêt et même les villages riverains respectent l’accord » qui interdit toute coupe de bois. Ce qui fait qu’il n’y a jamais eu de problèmes depuis plusieurs années ». Et mieux, « Nous qui sommes riverains de cette forêt, ne feront jamais une telle chose, ce sont des jeunes venus d’ailleurs qui sont les auteurs de tels faits ».

Des propos confirmés par Ansoumana Diémé, un agent des Eaux et Forêts à la retraite, « Effectivement, il y’a toujours eu un gentleman agreement entre les éléments du MFDC du village – cantonnement de Mongone et les services de l’environnement et les villages alentours. La coupe de bois est interdite dans cette forêt, ce qui en fait l’une des plus touffues avec plusieurs variétés de bois introuvables désormais en Casamance ».

Mame Penda Sané 

1 COMMENTAIRE

  1. Justement , mais ces jeunes n’allaient ils pas réussir leur coup si ces agents des eaux et forêts n’étaient pas intervenu ??? Apparemment il n’y avait personne pour leur en interdire la coupe. Et malheureusement, des troncs ont été abattus de toute façon

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici