Côte d’Ivoire : Simone Gbabgo déchire le scrutin présidentiel et exige un gouvernement de transition

Apportant la réplique au directeur exécutif du RHDP Adama Bictogo, l’ex Première Dame Simone Gbabgo n’a fait dans la dentelle pour dénoncer le déroulement du scrutin présidentiel. « Ce jour, 31 octobre 2020, il n’y a pas eu d’élection en Côte d’ivoire. ». En conséquence, dit-elle, la Côte d’Ivoire se retrouve dans une situation de vacance du pouvoir. Elle appelle, de ce fait, à la mise en place d’un gouvernement de transition. Lequel devra, fixe l’opposante, veiller à organiser une élection présidentielle « démocratique et apaisée ».

Simone Gbagbo a fait une déclaration tranchée hier à la suite de l’élection présidentielle. L’épouse de l’ancien Président de la République affirmait : »Mes chers compatriotes, ce samedi 31 octobre 2020, devrait se tenir l’élection du président de la République de la Côte d’Ivoire. Face à l’entêtement du Chef de l’État sortant, M. Alassane Dramane Ouattara, de briguer un troisième mandat anticonstitutionnel, l’opposition a lancé depuis le 20 septembre 2020, un mot d’ordre de désobéissance civile, pour faire barrage au viol de la constitution, notre loi fondamentale.

Ce mot d’ordre a été fidèlement suivi sur toute l’étendue du territoire national. C’est le lieu de remercier le peuple de Côte d’Ivoire qui a fait preuve de bravoure et de patriotisme. C’est aussi le lieu de présenter ma compassion à toutes les familles endeuillées et mes vœux de prompt rétablissement aux blessés.

Chers compatriotes, ce jour 31 octobre 2020, il n’y a pas eu élection en Côte d’Ivoire. Notre pays se retrouve ce soir donc, dans une situation de vacance du pouvoir présidentiel.
Il est temps que toute la société ivoirienne, plus particulièrement l’opposition politique, la société civile et les patriotes qui se soucient de l’avenir de notre pays, se donnent les moyens de mettre en place un gouvernement de transition.
Ce gouvernement aura pour missions principales, de jeter les bases d’une vraie réconciliation nationale et de créer, dans les meilleurs délais, les conditions d’une élection présidentielle, démocratique et apaisée.
La Côte d’Ivoire doit se remettre sans tarder sur les rails de la vraie démocratie, pour un développement harmonieux et dans la paix.
Que Dieu bénisse la Cote d’ivoire ».

La Rédaction 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici