Ville de Dakar : Vilipendée par Bamba Fall dans sa gestion, Soham Wardini lui donne des leçons de conduite

Quelle mouche a donc piqué le Maire de la Médina, Bamba Fall pour s’en prendre publiquement à la gestion du successeur de Khalifa Sall ? Soham Wardini pour ne pas la nommer, n’a pas fait dans la dentelle, elle a carrément remonté les bretelles à l’édile de la Médina qui a remis en cause « sa gestion solitaire » de la Mairie de Dakar

Élue Maire en remplacement de Khalifa Sall révoqué à la suite de sa condamnation dans l’affaire de la caisse d’avance de la ville de Dakar, Soham Wardini ne cesse de capitaliser le capital sympathie des différents conseillers municipaux qui apprécient tous sa démarche conciliante et inclusive entre pouvoir et opposition. Qu’on l’aime ou pas, son combat pour la libération de son mentor en dehors de toute récupération politique, à fini de la placer dans le cœur des dakarois.

Depuis son installation à la tête de la mairie de Dakar, Bamba Fall est le premier à lui reprocher une gestion solitaire

Tout allait bien depuis son installation jusqu’à la distribution des secours pour la Tabaski. Une opération qui se fait dans toutes les mairies mais sous fond de préférence et d’appartenance politique. Ce que Mde Wardini n’aurait point accepté arguant être au service des dakarois de tout bord au point que certains ont décidé de l’attaquer publiquement.
C’est ainsi que son 1er adjoint et Maire de la Medina, Bamba Fall lui a reproché une démarche solitaire. (…)
Selon Mr Fall, « La mairie de Dakar ne marche plus comme du temps de Khalifa Sall. Wardini fait ce qu’elle veut ».

Des récriminations qui ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. À peine Bamba Fall a-t-il fini de cracher du feu, que Soham Wardini a embouché la trompette pour remettre ce dernier à sa place : «Je préfère ne pas polémiquer. Moi quand j’ai des soucis avec mes collègues, je préfère en discuter au bureau ou au conseil municipal. Mais jamais je n’irai dans la presse pour parler de problèmes internes à la mairie».

Ne se limitant pas à lancer des piques, la Mairesse de la Capitale met les points sur les I et refuse d’être l’otage de qui que ce soit, «Ce dont il parle, je ne le comprends pas. Donc je n’irai pas dans la presse pour polémiquer. Jamais de la vie. S’il y a un problème, que Bamba Fall vienne vers moi. Je n’ai aucun problème avec lui».

Quant aux critiques particulières sur son mode de gestion, Soham El Wardini renvoie au Conseil. «Demandez aux autres conseillers, vous aurez la bonne réponse, je ne peux pas plaider ma cause. Ce n’est pas le seul. Nous sommes au nombre de cent au niveau de la ville», précise-t-elle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici