Situation en Côte d’Ivoire : Nathalie Yamb s’interroge sur le silence de l’UA

“On attend votre tweet, à défaut de vos actions”, a publié Nathalie Yamb rappelant à l’Union Africaine ses missions.

Le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a annoncé le jeudi 6 août dernier sa candidature pour un troisième mandat, remettant ainsi en cause son engagement à transmettre le pouvoir à la jeune génération. Depuis lors, les partis, mouvements et regroupements politiques de l’opposition l’ont invité  a renoncé à sa candidature. Ils ont également invité les ivoiriens à manifester contre cette candidature qui viole d’après eux la loi fondamentale du pays.

Ainsi ce jeudi, en dépit de l’interdiction par les autorités préfectorales, les jeunes de l’opposition ont manifesté dans plusieurs localités du pays. Des routes ont été barrées, des commissariats brûlés ainsi que des morts seraient enregistrés dans le cadre de ses manifestations. Si jusqu’à ce jour, aucune institution africaine n’a encore officiellement réagi à propos de la situation sociopolitique dans la nation éburnéenne, Nathalie Yamb, a tiré à boulets rouges sur l’Union africaine.

La conseillère exécutive de Mamadou Koulibaly, candidat annoncé à la présidentielle, et président du parti LIDER (Liberté et démocratie pour la République), a invité le président de la Commission de l’UA à régir au moins, en dépit d’une action dans le pays. « Vous avez l’occasion de nous prouver aujourd’hui que vous n’êtes pas d’une inutilité sidérale Moussa Faki… On attend votre tweet, à défaut de vos actions », a tweeté la dame de Sotchi.

Des présidents contestés dans leurs propres pays

L’activiste qui ne manque aucune occasion pour s’attaquer aux dirigeants africains, surtout ceux francophones, s’en était déjà prise tout récemment à la mission de la CEDEAO dépêchée à Bamako pour tenter de trouver une issue à la crise qui secoue le pays. Constituée de Mahamadou Issoufou(Niger), Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire), Macky Sall (Sénégal) et Nana Akufo-Addo, Nathalie Yamb avait tourné en dérision les trois dirigeants francophones estimant qu’ils sont envoyés régler un problème qui mine leur propre pays. « 3 Françafricains qui viennent pour aider IBK à rester au pouvoir. Je sais que le peuple malien saura leur réserver l’accueil qui convient pour des valets de la France, eux-mêmes contestés dans leurs pays, » avait-elle affirmé.

Atlanticactu.com 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici