Rapport ARMP 2020 : Délinquance financière, le Cabinet BSC « déshabille » le Directeur général du Port de Dakar

ARMP : le rapport 2020 du cabinet d’audit BSC qui accable le Port Autonome Dakar

Les rapports de l’ARMP se suivent et se ressemblent :  le régime de Macky Sall est un véritable nid de voleurs et de prédateurs des deniers publics. En effet, l’analyse des rapports produits par les cabinets indépendants pour mener des missions de contrôle de conformité des marchés publics passés par les Autorités contractantesrévèlent un incroyable laxisme et des pratiques illégales, qui prouvent qu’une mafia s’est installée au Sénégal, spécialisée dans le détournement et la captation des ressources via les marchés publics. Le rapport final 2020 du cabinet d’audit Business System Control (revue indépendante de la conformité de la passation des marchés au titre de la gestion 2019) portant sur le Port Autonome de Dakar est l’illustration parfaite d’une délinquance financière au plus haut sommet, doublée de pratiques collusives, permettant à certaines autorités contractantes de se soustraire aux principes de libre accès à la commande publique, d’égalité de traitement et de transparence des procédures. Car, malgré le départ de l’ex Directeur Général Cheikh Kanté du délinquant et distributeur automatique de billets de banque (Cheikh Kanté), les charognards (des sangsues) continuent inlassablement à piller les ressources publiques du Port. En matière de dérives et de malversations liées aux marchés publics, l’actuel DG du Port autonome de Dakar, Aboubacar Sadikh BEYE(nommé, le 11 septembre 2017) et Cheikh Kanté font bonnet blanc et blanc bonnet. Du reste, le rapport 2020 du BSC sonne un comme d’ailleurs comme un terrible rappel, un air de déjà vu « Nous réitérons l’observation déjà formulée dans notre précédent rapport émis à l’issue de la revue des marchés de la SN-PAD au titre de l’exercice 2017, relative à l’insuffisante formalisation du contrôle de la Cellule de Passation des Marchés (CPM) sur les procédures d’acquisition dont les montants sont en dessous des seuils de revue préalable de la DCMP ».

S’ensuit, l’énumération d’une liste interminable de dérives :

Sur plusieurs procédures de demandes de renseignements de prix (DRP S-LMDG-100, DRP SLMDG-029), une seule offre a été reçue à la date limite de dépôt des offres avec une absence de mise en concurrence, en violation totale du code des marchés publics.

Le marché relatif à l’acquisition de 2 groupes électrogènespour la chaloupe « BEER » d’un montant de trente-troismillions et cinq cent douze mille F CFA (33 512 000 F CFA TTC), a été conclu par entente directe avec CUMMINS AFRIQUE DE L’OUEST, en totale violation des dispositions du code des marchés publics (détournement de l’article 76-1 du CMP qui a conduit à une entente directe alors toutes les autres marques de groupes électrogènes satisfaisant à des exigences fonctionnelles et de performances définies peuvent satisfaire le besoin) : une illégalité d’une extrême gravité.

Mais il y a encore plus grave, car le plus grand scandale financier est relatif à l’appel d’offre ouvert concernant la couverture d’assurance des risques du Port autonome de Dakar en 6 lots.  Le prestataire ASKIA Assurance est titulaire du LOT 1 pour un montant d’un milliard cent soixante-deux millions quatre cent trente-sept mille quatre cents (1 162 437 400 F CFA TTC). Le rapport précise que la référence produite par ASKIA ASSURANCE, relative à un marché exécuté pour la SVTP, a été acceptée alors que la population couverte par cette police n’est pas précisée dans l’attestation de bonne exécution. C’est d’autant plus grave que parmi les motifs pour rejeter l’offre d’un autre soumissionnaire CNART, il est précisé que cette société a présenté des références montrant qu’il a couvert « 4 100 assurés en lieu et place des 5 100 ». Une entorse majeure et inacceptable au principe d’égalité de traitement entre les candidats qui vicie complétement la procédure d’appel d’offre (illégalité totale) .Ce n’est pas tout : BSC a relevé un autre motif illégal et totalement infondé lié aux dépassements individuels de garantie imputés à l’Autorité Contractante à la fin de la période d’assurance, précisant que le rejet de l’offre du prestataire CNART sur la base de ce critère est abusif puisque toutes les polices d’assurance proposent des plafonds de garantie ou de remboursement par assuré ou bénéficiaire. BSC conclut que la démarche de CNART est tout à fait conforme aux pratiques professionnelles en matière d’assurance (les dépassements des plafonds soient imputés à l’Autorité Contractante).

On pourrait évoquer l’appel d’offre ouvert « Acquisition de matériels roulants pour le PAD en 10 lots » avec trois attributaires, pour un montant de pour un montant 1 128 426 624 F CFA TTC et pour lequel il n’existe aucun justificatif d’exécution physique et financière des Lots 3, 5, 6 et 9, permettant d’apprécier la conformité de l’exécution des prestations.

On aurait pu continuer indéfiniment la liste des infractions avec la DRP « Recrutement d’un AMOA pour la refonte du système d’information financière attribué aGroupement/Cabinet INW Partners SA pour un montant de 40 250 000 F CFA, un marché pour lequel le comité technique a proposé de repêcher le candidat le plus proche de la note technique minimale de 70 points et qui a obtenu 64 points, alors que le marché aurait dû être déclaré infructueux après avis de la DCMP (Direction centrale des marchés publics), aucune proposition conforme n’ayant été reçue.

On pourrait égrener la liste de tous les avenants passés en toute illégalité, dans le rapport qui se chiffrent à des centaines de millions de F CFA….

Nus en resterons là, car le message adressé aux sénégalais par Macky Sall est le suivant : « je dispose de la police et de l’armée, j’ai transformé l’opposant Idrissa en larbin de service, et en un comique-danseur, j’ai une liste de magistrats totalement indignes et soumis à qui je peux faire faire n’importe quelle forfaiture y compris les plus flagrantes, j’ai une partie de la presse « du palais » acquise à ma cause, corrompue à coups de millions de F CFA, de passeports diplomatiques et de spots publicitaires et enfin, je suis convaincu que les sénégalais ont peur de la prison ».

En conséquence, tous les malfrats et délinquants de mon régime peuvent voler et piller les ressources du Sénégal en toute liberté. En toute impunité.

Aux citoyens sénégalais de relever la tête et de faire face à ce régime moribond (un sursaut salutaire).

Seybani SOUGOU – E-mail : sougouparis@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici