Nouvelle saisie de drogue : Le Port de Dakar devenu plaque tournante du trafic international

Avec cette saisie de 43 kg de cocaïne, le port de Dakar se distingue tristement comme le lieu de transit du trafic de drogue. Les dernières saisies de plus d’une tonne suivies hier de la découverte d’une nouvelle quantité de cocaïne ne font plus l’ombre d’un doute que Dakar est une plate-forme des narcotrafiquants.

Fin juin 2019, deux saisies records de plus d’une tonne de cocaïne ont été faites dans des véhicules en provenance du Brésil et devant être livrés en Angola. Le transporteur italien Grimaldi est épinglé, ses bateaux arraisonnés et les membres de l’équipage interpelés. L’enquête suit son cours.

Hier, ce sont 43 kilos de cocaïne qui ont été découverts dans un véhicule en provenance d’Anvers. Le modus operandi est le même : de la drogue cachée dans des véhicules en transit à Dakar, pour une autre destination. La voiture de marque Kia (celle dans laquelle les 43 kilos étaient cachés) devait être livré en Gambie.

Ce qui est déroutant, cette fois-ci, c’est que la drogue serait « exportée » à partir de l’Europe vers l’Afrique ? Alors que la route des criminels de la poudre blanche emprunte, d’habitude, l’axe : Amérique du Sud/Europe, via l’Afrique de l’Ouest. Mais, il faut attendre d’éventuels rebondissements parce que les trafiquants ont plus d’un tour dans leur sac.

Pour expliquer le fait qu’ils persistent à cibler le port de Dakar, on peut avancer deux hypothèses au moins : « Malgré l’importance des saisies, l’enjeu en vaut la chandelle car il y a de la drogue qui passe. Le réseau pour le transit à Dakar n’est toujours pas totalement démantelé ».

Il y a aussi la situation politique tendue à Bissau -qui était le lieu de passage habituel (2 tonnes ont été saisies, il y a 3 mois)- qui oblige les trafiquants sud-américains à se « déporter » sur le port de Dakar, à leurs risques et périls.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici