vendredi, 27 mai 2022 23:09

MALI : Cité dans un marché de plusieurs milliards, Jean Yves Ledrian convoqué par un Juge d’instruction

Les plus lus

@Atlanticactu.com – Du nouveau sur l’affaire du contrat d’attribution du marché des passeports biométriques maliens.  Alors la rumeur courait depuis quelques jours faisant état d’une convocation imminente  de Jean-Yves par la justice malienne, le Juge d’instruction du 2eme Cabinet du Pôle Financier de Bamako est passé à l’acte en convoquant le ministre français des Affaires Étrangères et son fils, bénéficiaire dudit marché chiffré à plusieurs milliards de francs CFA.
Au Mali, le Pôle économique et financier de Bamako a convoqué Jean Yves Le Drian, ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, et son fils, Thomas, pour atteinte aux biens publics et autres infractions, aux dépens de l’Etat du Mali. Cette information sortie à la lisière de la form d’un nouveau gouvernement en France, est la suite logique d’une convocation publiée par Mahamadou Bello Dicko, le juge d’instruction du deuxième Cabinet au Tribunal de Grande Instance de la Commune III du district de Bamako en date du 20 avril 2022. Le magistrat malien estime dans son communiqué que «les
Les bruits de couloirs sont devenus réalité, la convocation faite par le juge d’instruction de la Commune III,  est sans appel. Le patron du Quai d’Orsay est  sommé de se rendre dans son bureau le 20 juin 2022 à 8h du matin pour « pour atteinte aux biens publics et autres infractions aux dépens de l’Etat du Mali » comme le précise ladite convocation qui a opportunément fuité.
Un nouvel épisode de la guerre que se livre les autorités françaises et maliennes vient de s’ouvrir après l’exigence de Bamako d’expulser la Force Barkhane et récemment, la fin des accords de défense qui lient les deux pays.
Pour rappel, ladite affaire remonte à 2015, lorsque l’ancien président Feu Ibrahim Boubacar Keïta, avait confié à Oberthur Technologies, aujourd’hui Idemia, la fabrication des passeports biométriques au Mali. Une décision que Maliko considère comme « illégale » car prise sans appel d’offres.
À l’époque déjà, ce choix avait fait polémique car , pourquoi avoir choisi l’entreprise française du fils de Jean Yves Ledrian alors que la Canadian Bank Note (CBN), la société canadienne qui détenait le marché depuis 2001, proposait des conditions financières plus avantageuses pour l’État malien ?
La plupart des acteurs et témoins affirmaient que le ministre français des Affaires Étrangères et ancien Maire de Lorient, très impliqué dans la politique de sa région, avait fait un lobbying intense auprès d’Ibrahim Boubacar Keïta pour que l’entreprise bretonne soit choisie. « Le Drian y tenait tellement qu’il a mentionné l’engagement militaire français au Mali lors des négociations », révélait alors un des proches collaborateurs d’IBK. Des accusations que le ministre français a toujours niées.
Christian Bellino MEA 

Plus d'articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Les plus récents