Libération de Khalifa Sall : ADO donne sa bénédiction, l’Acte 1 posé à Abidjan

Les proches de l’ancien maire de la capitale pourront bientôt voir leur leader hors de la célèbre prison de Reubeuss. Le récent séjour du Président Macky Sall à Abidjan, a été mis à profit pour soulever l’affaire du désormais maire de Dakar qui est un ami personnel du chef d’état ivoirien et de son vice-président. Une démarche à laquelle a souscrit le président sénégalais, avec une condition néanmoins, selon une source ayant pris part à l’entretien

Comme pour sa condamnation, l’affaire de la Caisse d’avance qui vaut à Khalifa Sall une peine d’emprisonnement de cinq ans, avait fait des dégâts collatéraux. Tous ceux qui avaient refusé de mouiller l’ancien Maire de la capitale,ont eu subir les foudres de Dame Justice. Les plus chanceux comme certains maires de commune, c’était la politique de l’asphyxie financière pour leur empêcher de dérouler tout programme.

C’est ainsi qu’il en sera pour sa libération. De nombreuses têtes vont tomber au motif sous l’autel de la raison d’état. Avec le limogeage de la directrice de la prison de Reubeuss, Agnès Diogoye, connue pour sa « dureté » à l’égard du Maire de Dakar, est déjà un signe annonciateur du déluge qui risque de s’abattre sur tous ceux qui auraient « aidé » à polluer le dossier de Khalifa Sall.

En ces temps de scandales liés à la gestion des ressources naturelles et impliquant directement Aliou Sall, petit frère du Président Macky Sall, les conseils du « Grand Frère » ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, ne sont pas tombés dans l’oreille d’un sourd.
Selon des sources proches de la vice-présidence ivoirienne, « C’est Daniel Kablan Duncan, vice-président de la Côte d’Ivoire, directeur central du patrimoine et de l’informatique au siège de la Bceao dans les années 90, qui a sollicité du Président Macky Sall, d’intercéder en faveur de son ami Khalifa Sall, qui était ministre de la République à l’époque ».

Le Président Sall aurait fait l’éloge de l’ancien maire de Dakar qui « un homme de principe doublé d’un grand commis de l’état et qui a été l’un des artisans de sa brillante victoire en 2012 ». Dans la même lancée, le chef d’état sénégalais a rassuré ses interlocuteurs en imposant une seule condition, « Khalifa Sall pourrait bénéficier d’une liberté conditionnelle pour raisons de santé et devrait rester hors du pays jusqu’en mars 2020 ».

« L’accord » obtenu est la raison du séjour à Dakar d’un des plus proches conseillers du Président Alassane Dramane Ouattara. Ce dernier devrait prendre langue avec Khalifa Sall et mettre en branle le processus pour la libération de l’ex maire de Dakar.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici