Les USA et six autres pays demandent une porte dérobée pour les messageries chiffrées (WhatsApp, Signal, Telegram…)

Les messageries chiffrées offrent une protection aux utilisateurs, aussi bien sur WhatsApp, Signal ou Telegram, leaders du secteur. De quoi assurer une vie privée respectée pour les millions de personnes qui utilisent ces applications. Mais dans certains cas, le chiffrement pose problème, notamment aux autorités. Car sans porte dérobée, ces dernières ne peuvent pas accéder aux informations requises dans des enquêtes. Plusieurs affaires ont largement fait parler, alors que les autorités ont progressé plus lentement dans des enquêtes face à cette contrainte des messageries chiffrées.

Une situation qui ne plaît pas à certains pays, dont les USA. Comme l’explique The Verge, le pays, et six autres, réclament une porte dérobée pour les messageries chiffrées.

Les responsables de la justice des USA avancent des arguments en faveur de cette porte dérobée.

Plusieurs pays demandent l’accès aux données des messageries chiffrées

L’Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande, l’Angleterre, le Japon et l’Inde demandent une porte dérobée pour les messageries chiffrées. Les pays souhaitent également qu’une telle fonctionnalité leur permettent d’accéder à des données dans un “format compréhensible et utilisable“. C’est sous la bannière de Fives Eyes que ces pays s’organisent pour que les applications répondent à l’exigence.

Du côté des USA, on estime que les messageries chiffrées posent une problématique à la sécurité nationale. Conscients de la sensibilité des données privées, les responsables de la justice expliquent que “le chiffrement est essentiel, la vie privée et la sécurité numérique doivent être respectées, mais cela ne doit pas être possible en empêchant totalement la police, et les sociétés de la tech également, de pouvoir agir contre le contenu illégal le plus répréhensible“.

Les pays promettent également que l’accès à ces messageries chiffrées via une porte dérobée sera accompagné de garde-fous.

Du côté des géants de la tech, pas sûr que le message passe. Si WhatsApp peut s’y plier, Facebook oblige, Telegram et Signal pourraient se montrer plus récalcitrants. Les messageries chiffrées ont bâti un certain succès sur le respect de la vie privée. Ainsi, les échanges restent protégés et secrets. Cela n’empêche donc pas les dérives, avec des groupes crées pour partager des messages illégaux.

Atlanticactu.com Avec Fredzone

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici