L’ancien PM Abdoul Mbaye « noie » Aïda Ndiongue et ses milliards dans la gadoue

L’ancienne égérie socialiste devenue libérale à la suite de l’arrivée au pouvoir de Me Abdoulaye Wade, aurait mieux de ne pas accuser l’ancien Premier ministre d’être amer avec elle pour lui avoir refusé un prêt de 500 millions. Connu pour son franc parler, Abdoul Mbaye n’a pas tardé à riposter. Et de quelle manière ! Le président de L’ACT a descendu l’ancienne sénatrice tout en jetant le doute sur la provenance de ses fameux milliards.

Apportant des précisions face à cette supposée demande de dette qu’il aurait faite auprès de Aïda Ndiongue, Abdoul Mbaye déclare « qu’il faut être simple d’esprit ou totalement malintentionné pour croire qu’un DG de banque peut solliciter un tel service à un client et de surcroît au téléphone ».

« C’est archi faux d’autant plus que je venais à cette même période d’encaisser le produit de la vente de mes actions à la BST. Que faire de l’argent d’autrui surtout de l’argent sale de surcroît », enfonce l’ancien banquier.

Et Abdoul Mbaye de faire une révélation sur ces fameux milliards de l’ancienne sénatrice, « Entre les deux tours de la présidentielle de 2012, Aïda Ndiongue a été payé à hauteur de 5 milliards de francs pour un marché obtenu en 2011 avec une SARL dont le capital était d’un million. Pourquoi le règlement s’est fait précisément à cette date d’entre les deux tours? ».

D’après l’ancien Premier ministre du président Macky Sall, « Il existe une nébuleuse dans ce règlement et il suffit de comparer les prix de la facturation et ceux du marché pour voir s’il existe des avantages indus dans une opération mafieuse au détriment du Trésor Public sénégalais ». Et Abdoul Mbaye de lancer un appel au Fisc, « Milliardaire, aime se présenter Aïda Ndiongue, il est temps que le Fisc s’intéresse à l’origine de ses milliards et de ses justifications ».

Avec un tel réquisitoire, Aïda Ndiongue qui se dirige inéluctablement vers l’APR après le Parti socialiste et le Parti Démocratique Sénégalais, devra apprendre à remuer sept fois la langue avant d’accuser un homme de la trempe de Abdoul Mvaye.

Charlotte Diop  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici