Kafountine : Après Madina Wandifa, Guy Marius Sagna en conférence de presse dicte sa loi aux nervis du maire

Ceux qui comptaient rééditer le coup de Madina Wandifa où des cerbères du maire Malang Seny Faty ont voulu avec armes, s’opposer samedi dernier  à la tenue de la conférence de presse du Collectif pour les Intérêts de la localité, se sont vite rendus compte que les Kafountinois avaient décidé d’entendre la bonne parole. Les quelques proches du maire Victor Diatta venus pour perturber l’événement ont dû revoir leur ambition à la baisse après la riposte énergique des jeunes du FRAPP local. C’était ensuite l’occasion pour Guy Marius de dérouler sur les scandales qui minent la deuxième commune la plus riche de la région de Ziguinchor.

Le « Dieufour » s’est emparé des sbires du maire Victor Diatta quand les premiers orateurs ont pris la parole pour camper le décor de ce qui allait être les principaux sujets de la conférence de presse dont Guy Marius Sagna était l’invité. C’est Pape Sané l’administrateur du site Atlanticactu qui pour avoir été le premier à dénoncer en 2018 les pratiques peu orthodoxes en cours dans cette commune, a ouvert le bal en listant les maux de Kafountine qui plombent tout espoir de développement.

Parlant du contexte où l’usine chinoise d’Abéné a été ouverte avec à la clé une chaîne d’irrégularités administratives allant de la désaffection du site avant une réaffectation, l’étude d’impact environnemental, l’enquête publique et le quitus environnemental qui est le sésame pour l’installation d’une telle industrie, le journaliste a démontré avec forces arguments qu’il ne s’agissait ni plus ni moins que d’un banditisme organisé en vue de spolier de pauvres populations. Ce que les nervis envoyés par le maire n’ont pu digérer. Ils couperont le courant avant de vouloir s’opposer physiquement à la conférence de presse. Mais, la riposte robuste des organisateurs dirigés par Bakary Sagna alias Toldo, les a mis hors d’état de nuire.

Le Coordonnateur local de l’APR, Saliou Sambou qui a mis le dernier clou sur le cercueil en dévoilant preuves à l’appui la stratégie du détournement continu de deniers publics à travers la redevance du quai de pêche, la confection des fausses quittances du Trésor, les auditions à la gendarmerie de Diouloulou et la convocation chez le Juge d’instruction du Tribunal de Ziguinchor. Cela a fait l’objet d’une hystérie collective car le maire et ses proches avaient toujours soutenu que ces allégations étaient fausses et que jamais Victor Diatta n’avait fait face à un enquêteur encore moins à un juge.

De Abéné à Kafountine, Guy Marius listera les chapes de plomb et l’impunité érigée en règle qui bloquent tout espoir de développement malgré la richesse de cette belle commune. Comme du petit lait les populations absorbaient les mots du leader moral de la coalition FRAPP et Vision Citoyenne

S’adressant à la foule très nombreuse venue à la place du « Koumpo », Guy dira d’emblée,« Il ne faut même pas hésiter à faire une campagne de boycott, en refusant de payer les taxes municipales ». Et de poursuivre, « Je vous invite à saisir l’Ofnac qui jugera. Si la mairie refuse de s’expliquer sur ce litige foncier et le bradage des ressources du quai, ce qui est valable pour toutes les mairies ne gèrent pas les municipalités pour l’intérêt de la population, il ne faut même pas hésiter à faire une campagne de boycott, en refusant de payer les taxes municipales. Quand un maire va jusqu’à créer des fausses taxes municipales, là c’est grave. Et si ces malversations continuent, il faut scander le slogan et le mettre en œuvre « Victor Fansou Diatta dégage », ce qui est valable pour toutes les communes. »

Parlant des scandales mis en évidence, « C’est l’acte 3 des malversations qui existe à Kafountine, de la corruption, du vol, des détournements, d’une gestion ni sobre ni vertueuse », dira t’il devant une foule qui venait de découvrir comment pendant toutes ces années, la vérité leur était cachée. Et pour enfoncer le clou, Guy Marius de de déclarer, « Je vous invite à ne pas verser dans le débat des origines ethniques. Nous sommes tous des sénégalais. Conservons notre cohésion sociale et refusons de suivre ceux qui s’adonnent à ces pratiques. Par contre notre seul ennemi, c’est les spoliateurs fonciers de Kafountine. Il est temps que Kafountine cesse d’être une vache laitière, les ressources sont dilapidées par les voleurs et détourneurs. C’est l’acte 3 des malversations qui existe à Kafountine, de la corruption, du vol, des détournements, d’une gestion ni sobre ni vertueuse. »

Les jeunes de Kafountine comme s’ils sortaient d’un cauchemar, ont massivement adhéré au FRAPP tout en promettant de mettre en œuvre dès les prochains jours un contrôle sur les politiques publiques en cours. Pour commencer, c’est la priorité est de mettre en pratique la délocalisation de l’usine d’Abéné source de profonds différends entre populations 

Et répondant aux partisans du maire revenus à de meilleurs sentiments et souhaitant prendre la parole, Guy Marius leur fera un brillant cours sur la démocratie en ces termes. « Le fait que les partisans du maire viennent sur cette tribune pour demander la parole est un aveu d’échec. C’est au maire et son conseiller de créer d’abord les conditions de débat nous permettant de prendre la parole. Et non dans une manifestation de la population, des partisans du maire viennent demander la parole dans une rencontre de la population. Si l’équipe de la municipalité à sa tête le maire avait l’esprit démocratique, nous ne viendrons pas ici pour parler des conflits fonciers ».

Selon Guy Marius répondant à la foule qui s’opposait à ce que la parole soit donnée aux « troubleurs », il préconise « L’organisation d’un jury d’honneur citoyen qui permettre la tenue d’un débat démocratique ». Et d’enfoncer le clou démontrant aux jeunes qu’ils étaient les vrais dépositaires du pouvoir, « Pendant 7 ans vous refusez de donner à la population l’opportunité de savoir ce qui se passe, de contrôler la gestion de votre maire qui qui préfère tout accaparer à sa guise. Vous avez refusé de donner la parole à la population. Vous avez censuré les populations de Kafountine que vous avez interdit de débattre avec vous. Je propose l’organisation d’un débat démocratique. L’organisation d’un jury d’honneur citoyen qui permet la tenue d’un débat démocratique. Si le maire le fait, je reviendrai ici. Avec cette mobilisation et détermination de la population, les oppresseurs commencent à trembler. C’est pourquoi ils sont venus ici nous retrouver pour demander la parole. Je vous invite à continuer la lutte et la pression sur le maire », finira t-il en guise de conclusion.

Rose Diedhiou (Envoyée Spéciale)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici