Interpellation du Journaliste Adama Gaye : Quand le VAR rattrape le Président Macky Sall

Friand des télévisions occidentales, le Président avait toujours soutenu que sous son magistère, aucun journaliste ne serait poursuivi par la justice. « Dans une démocratie comme le Sénégal, il est impensable de traduire un journaliste pour ces écrits, sous mon magistère, la presse sera mon allié dans l’ancrage de la démocratie », avait-il réaffirmé en 2018.

Le président Sénégalais, Macky Sall, a réaffirmé qu’il ne traduira aucun journaliste sénégalais devant la justice tant qu’il sera au pouvoir. Il l’a dit en marge du Forum de Paris sur la paix.

« J’ai fait une déclaration en disant que tant que je serai président, je n’enverrai jamais un journaliste devant la justice ; au mieux, je pourrai saisir le tribunal des pairs pour laisser les collègues juger leur confrère », a dit le chef de l’Etat.

Macky Sall qui s’exprimait lors d’une rencontre initiée par l’ONG internationale Reporters sans frontières (RSF), en marge de la célébration du centenaire de l’Armistice marquant la fin de la première guerre mondiale, a rappelé qu’il n’y avait « aucun journaliste emprisonné, ni même interpellé » au Sénégal, depuis son élection.

Aussi, a-t-il souhaité que « ce Code accompagne la qualification des journalistes et des hommes des médias puisqu’il y a une menace’’ sur le journalisme constitué par « les pouvoirs de l’argent, de l’Etat et, obscurantistes ».

En somme, le président sénégalais rassure la presse de son pays pour lui dire qu’elle peut faire son travail sans penser à être emprisonné. « Les plus gros ennemis ne se situent pas du côté de l’Etat, parce que si l’Etat est dirigé par des démocrates, objectivement, il est votre allié dans la liberté de la presse », poursuit-il dans ses explications.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici