Guinée Bissau : Très affecté par le soutien officiel à Umaru Emballo, Domingo Simoes oppose son Nationalisme à Macky Sall

Décidément, ce n’est point le parfait amour entre Domingo Simoes, arrivé premier lors du 1er tour de la présidentielle et le Président Macky Sall. Le 2ème tour de cette Présidentielle est prévue, ce 29 décembre. Déjà, la rubrique Affaires étrangères fait grincer des dents avec la sortie d’un des candidats, Simões Pereira. Qui admet, sur stopcensura.info, changer le statu quo voire revisiter le tracé des frontières entre la Guinée-Bissau et le Sénégal, et le dossier du pétrole en partage. Ce qui fait reconnaître à l’opposant de Umaro Sissoco Embaló que le Sénégal de Macky Sall redoute et craint son élection en soutenant ouvertement son adversaire.

Le candidat à la présidence de la Guinée-Bissau, Domingos Simões Pereira, admet que le Sénégal peut craindre son élection, parce qu’il sait que sa capacité à défendre le pays « est incomparablement supérieure » à celle de son adversaire.

Le Sénégal calme et tranquille si…

Dans un entretien accordé à Lusa à Lisbonne, rapporté par stopcensura.info et relayé par Senego, le candidat soutenu par le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (Paigc) a déclaré que « le président Macky Sall et le Sénégal pourraient être beaucoup plus calmes » si son adversaire, Umaro Sissoco Embaló, est élu au second tour des élections présidentielles le 29 décembre.

« Si c’est le cas, ce sera exclusivement parce qu’ils se rendent compte que ma capacité à défendre la Guinée-Bissau est incomparablement supérieure à celle de mon adversaire, qui regarde le gouvernement et l’État dans une perspective complètement folklorique « , dit-il.

Ignorance de Sissoco Embaló en politique étrangère

Interrogé sur le fait de savoir s’il considère que le soutien présumé du Sénégal à son opposant pourrait constituer une menace pour la souveraineté de la Guinée-Bissau, Domingos Simões Pereira répond que la menace « n’est pas nécessairement la position et la vision des autorités sénégalaises », mais « l’ignorance qui peut exister de la part des autorités guinéennes ».

« Il est effrayant de penser que nous pouvons avoir un chef d’Etat qui ne sait rien de l’histoire de ces relations « , dit-il, faisant référence à Sissoco Embaló, qu’il accuse de ne jamais avoir entendu parler de questions telles que la définition du plateau continental ou la délimitation des frontières, qui dominent les relations entre la Guinée-Bissau et le Sénégal.

Selon le candidat du PAIGC, les Guinéens « ont besoin de connaître ces questions » pour comprendre « le risque qui plane sur la Guinée-Bissau.

Renégocier la délimitation des frontières et…

En ce sens, Simoes Pereira soutient que la question qui se pose actuellement est de savoir si » la délimitation de la frontière maritime entre le Sénégal et la Guinée-Bissau est couverte par l’accord signé avant la proclamation de l’indépendance des deux pays et donc les deux pays reconnaissent cette voie et l’inaltérabilité des limites fixées ou si elle se situe après cette proclamation » et doit être réévaluée.

Soulignant qu’il ne propose aucune révision des traités existants, le candidat soutient cependant que cette question devrait être » un objet d’étude » et » un travail cohérent « , surtout maintenant que le Sénégal a annoncé la découverte du pétrole.

Le dossier du pétrole, les ressources naturelles

« Le Sénégal a découvert du pétrole, du gaz, mais du pétrole, où ? Où a-t-il trouvé de l’essence ? » Ces questions se réfèrent à la route qui délimite la frontière maritime entre les deux pays et la zone commune, ainsi qu’aux azimuts qui ont conduit à la définition de cette route.

La zone économique commune s’étend sur environ 25 000 kilomètres carrés du plateau continental et est gérée par une agence de gestion et de coopération basée à Dakar, actuellement présidée par l’ancien Premier Ministre de Guinée-Bissau, Artur Silva.

La ZEC est considérée comme riche en ressources halieutiques, dont l’exploitation détermine 50% pour chacun des Etats, ainsi qu’en hydrocarbures (pétrole et gaz), mais dont la répartition est de 15% pour la Guinée-Bissau et 85% pour le Sénégal.

Sous la direction du président sortant, José Mário Vaz, l’Etat guinéen a déclaré vouloir une nouvelle part de pétrole, mais les négociations qui ont débuté en 2014 n’ont pas encore abouti.

Plusieurs personnalités de la société civile guinéenne et l’ancien chef d’état-major des forces armées Zamora Induta estiment que ces négociations devraient être suspendues jusqu’à ce que le Sénégal accepte de renégocier la délimitation des frontières maritimes et terrestres.

Le Sénégal ne peut interpréter les accords

Domingos Simões Pereira considère que ses parties doivent respecter les règles qui ont été définies et que » le Sénégal ne peut être celui qui interprète les règles » par la Guinée-Bissau.

« Nous continuerons d’être à la périphérie des autres États qui nous laissent des miettes et nous devons nous contenter de cela « , se demande-t-il.

Le candidat fait également valoir que si les interprétations des accords grincent, l’intervention de « tiers » sera nécessaire, mais pas comme lors de négociations précédentes où le Sénégal était assisté par la France, ancienne puissance coloniale, alors que la Guinée-Bissau était assistée par l’Algérie.

« Je ne comprends pas, et certainement pas en tant que chef d’État, mais sur la base d’un dialogue franc, un dialogue sans engagement parce que les chefs d’État africains qui me connaissent aujourd’hui savent que je parle sans restriction parce que ma seule responsabilité est de défendre la vérité et mon pays », dit-il.

« Ça ne peut pas être du folklore, ça ne peut pas être une blague. Cela pourrait compromettre notre souveraineté », conclut-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici