mardi, 23 juillet 2024 09:21

Guinée Bissau : Laminé à l’issue des législatives anticipées, le Madem-G5 demande au « général » de dissoudre l’assemblée nationale

Les plus lus

Guinée
Atlanticactu / Bafata / Bissau / Maimuna Djalò
Si on se fie à la volonté des partisans du « général » Umaru Embalò, l’actuelle législature pourrait être la plus brève. Moins de deux mois après son installation suite à la victoire du PAIGC, le principal parti d’opposition en Guinée-Bissau a demandé au chef de l’Etat de dissoudre le Parlement élu il y a un mois et demi et de convoquer de nouvelles élections. Le MADEM G5 ne digère toujours pas la sévère correction administrée par la coalition Terra-Ranka PAI dirigée par Domingo Simoes Pereira.
Le Mouvement pour l’Alternance Démocratique (Madem-G15) a considéré ce jeudi que le président de l’Assemblée Nationale Populaire (ANP), Domingos Simões Pereira, n’est pas en mesure de rester en fonction et a demandé au Président de la République la dissolution du Parlement, sous la menace de mobiliser le peuple.
Le vice-président du groupe parlementaire Madem-G15, José Carlos Macedo Monteiro, entouré des députés restants, a exhorté le président de la République, Umaro Sissoco Embaló, à « assumer ses responsabilités », précisant qu’il doit dissoudre l’assemblée au plus tard. au plus tard le 1er juillet 2024.
La date indiquée, comme il l’a expliqué, est celle que permet la loi, un an après les élections législatives de juin, qui ont donné la victoire au Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), qui dirige la coalition PAI – Terra Ranka dont le gouvernement est en place depuis un mois et demi.
« Nous comprenons que la loi nous oblige à attendre un an (après les élections), nous respecterons la loi, mais l’assemblée doit tomber en juillet », a insisté José Carlos Macedo Monteiro, vice-président du groupe parlementaire du MADEM.
« Président, nous vous demandons jusqu’en juin, si vous ne pouvez pas le faire d’ici fin juin, le 1er juillet, dissoudre l’assemblée. Si vous ne la dissolvez pas, nous mettrons les gens à la rue », a déclaré José Carlos Macedo Monteiro, lors d’une conférence de presse, au siège du parlement. « L’assemblée doit tomber », a-t-il insisté, estimant que le président de cette assemblée « défie » le chef de l’Etat.
Le président de l’ANP, Domingos Simões Pereira, a jugé, mercredi, « inacceptables et inappropriées » les déclarations faites par le président de la République, Umaro Sissoco Embaló, qui a annoncé la date des prochaines élections présidentielles pour le 24 novembre. 2025 et a considéré le week-end de célébration du 50e anniversaire de l’accession de la Guinée Bissau à l’indépendance, une manifestation d’un parti (le PAIGC).
Pour le Madem-G15, en plus d’offenser le chef de l’Etat, le président du Parlement n’a pas respecté les règles en appelant à la déclaration de la fête de l’indépendance et n’a pas distribué à temps la documentation à ce parti.
C’est la justification donnée par José Carlos Macedo Monteiro pour l’absence des 29 députés Madem-G15 aux cérémonies de Boé et l’un des arguments pour demander l’intervention du Président de la République.
Le vice-président du groupe parlementaire Madem-15 a même promis « des manifestations contre le Président (de la République), s’il ne prend pas la décision ».
« Le président de la République doit prendre ses responsabilités, soit il est président de tous les Guinéens et garantit la stabilité, soit il rentre chez lui. Sissoco ne peut pas jouer avec nous, s’il n’assume pas ses responsabilités, nous mettrons les gens à la rue. », a prévenu José Carlos Macedo Monteiro.
Il a souligné que le Madem-15 s’est engagé à « ce qu’il y ait la paix et la stabilité » en Guinée-Bissau, mais il comprend que le président de l’Assemblée, qui est également président du PAIGC et s’est présenté contre Sissoco Embaló aux élections présidentielles, fait du parlement sa « Propriété privée »..
José Carlos Macedo Monteiro dit que Domingos Simões Pereira est président de l’Assemblée, « mais il parle comme s’il était Premier ministre, comme s’il était Président de la République ». « Nous allons faire face à la crise, car la crise est déjà là », a-t-il ajouté.
Le vice-président du groupe parlementaire Madem-G15 a également déclaré qu’ « aucun député n’a encore reçu de salaire  », que les salariés de l’assemblée « ont une dette de plusieurs mois » et qu’il ne sait pas où est l’argent, raison pour laquelle il a sollicité l’intervention du procureur général de la République.

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents