Guinée Bissau : La coalition anti Paigc s’organise autour d’Umaru Cissoko Embalo

Les alliances et les stratégies pour le deuxième tour de l’élection présidentielle vont bon train. Arrivé 2ème lors du 1er tour, l’ancien Chef des Renseignements, Umaru Cissoko Embalo a vite rallié Dakar pour obtenir le soutien du Président Macky Sall. Par cette même occasion, le candidat à la présidence, a eu à obtenir un premier soutien d’un autre postulant à la tête de la Guinée Bissau.

Avec le désormais ex chef de l’état qui lui aussi, apporte son soutien, c’est une véritable levée de boucliers contre Domingo Soames Pereira et le Paigc. En effet, à l’instar de des candidats arrivés 3ème Nabian (13%), 5ème Cadogo avec (1%), José Mario Vaz arrivé 4ème (12%) fait allégeance à Umaru Cissoko Embalo arrivé 2ème avec 27%.

Mathématiquement, si les reports de voix se font à cent pour cent, il battrait Domingo Simoes Preira qui a obtenu un peu plus de 40%, au premier tour. Il y a comme une coalition : « tout sauf DSP » qui se met en place pour barrer la route du pouvoir au candidat officiel du PAIGC.

Naissance d’une coalition anti Paigc pour empêcher Domingo Simoes de gagner le 2ème tour. Dénonciation des soutiens du Qatar et d’un président africain à Umaru Cissoko

Que Vaz s’allie à Embalo, pour sa propre sécurité, du fait du lourd contentieux qui l’oppose à DSP, cela est compréhensible. Mais les décisions de Nabian, et surtout de Cadogo de tourner le dos à Domingo Simoes Preira , sont « bizarres ». Quoiqu’il en soit, le deuxième tour devient une bataille à l’issue incertaine.

Le Paigc qui a mené la guerre d’indépendance et qui géré ce pays, continue d’avoir le soutien de l’armée et des Anciens combattants qui ont toujours un mot à dire. Et malgré l’argent que le candidat Umaru Cissoko Embalo continue d’injecter au niveau des populations, c’est la sérénité dans le camp de Domingo Simoes qui croit dur comme fer en la victoire au soir du 29 décembre prochain.

Pour rappel, Umaru Cissoko Embalo a été accusé par certains de ses souteneurs d’aujourd’hui d’avoir bénéficié du soutien financier du Chef d’état africain dont le pays est frontalier à la Guinée Bissau. Et, plus grave, le Qatar serait de la partie en y soutenant à travers des ONG l’ex Premier ministre. Des situations qualifiées d’ingérence dans les affaires intérieures du pays.

Mame Penda Sané

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici