samedi, 18 septembre 2021 10:04

GAMBIE : Trafic de passeports diplomatiques : La police épingle des Sénégalais et mouille Adama Barrow

Les plus lus

Alors que le Président Adama Barrow fait face à une opposition de plus en plus farouche et même dans son propre camp, au sujet du respect des trois ans de présidence convenus au moment de faire partir Yaya Jammeh, un scandale et pas des moindres éclabousse à nouveau la Présidence et le ministère des Affaires Etrangères. Un trafic de passeports diplomatiques démantelé par la police avec comme principaux acteurs deux sénégalais entre autres.

L’affaire a éclaté au mois dernier alors que les agents de l’immigration de l’aéroport de Yundum venaient d’interpeller un commerçant mauritanien et un sénégalais bien connu des milieux d’affaires en Gambie. Ces derniers étaient détenteurs de passeports diplomatiques alors que leur statut ne le leur permettait pas. De fil en aiguille, les policiers ont réussi à faire avouer les mis en cause qui ont d’abord balancé deux anciens gardes du corps du Président Adama Barrow reconvertis dans la sécurité privée.

Après avoir pris des mesures de garde à vue vis-à-vis des deux commerçants, les policiers ont lancé une vaste opération qui leur a permis d’arrêter au moins huit personnes soupçonnées d’avoir aidé frauduleusement des personnes à obtenir un passeport diplomatique gambien.

Mais les policiers gambiens allaient vite découvrir que cette affaire n’en était pas une petite car, les ramifications allaient jusqu’au ministre des Affaires Etrangères en personne et à la Présidence de la République. En fait, selon le porte-parole de la police, Lamin Nije, « Le ministère des affaires étrangères est le centre du scandale massif concernant les passeports diplomatiques et au moins trois de ces responsables sont impliqués dans ce scandale ».

Parmi la douzaine de fonctionnaires arrêtés et interrogés, Saikou Sanneh et Ibrahim JS Sanneh, tous deux responsables du protocole au ministère des Affaires étrangères, auront aidé la police dans ses enquêtes à démanteler le gang des passeports. Mais, au moment de les présenter à l’Attorney General, les deux ex gardes du corps sénégalais sont relaxés à la suite de fortes pressions selon la police gambienne. Ainsi, Ousmane Touré et Cherif Ba ont depuis quitté Banjul. Des passeports étaient échangés contre 3000 euros soit près de 2 millions de francs

Moussa Soumaré, le chauffeur du Président Adama Barrow considéré comme l’un des cerveaux du trafic. Un bizness qui rapportait deux millions par passeport

S’adressant à la presse, le porte-parole de la police donnera des détails sur les avancées de l’enquete et, surprise, il donnera le nom du chauffeur du Président Barrow comme l’un des principaux suspects dans cette affaire. Une sortie qui met mal à l’aise la Présidence qui a également balancé le nom du ministre de la Justice, Abubacarr Tambadou comme ayant fait bénéficier à toute sa famille des passeports diplomatiques. Et pour enfoncer le clou, une fuite sur un document incriminant le ministre, est mis en ligne et largement par les internautes gambiens.

Réponse du berger à la bergère, des partisans du ministre de la Justice publient à leur tour un document officiel incriminant le Président Adama Barrow qui aura délivré de sa main dès ses premiers mois de fonction quelques 578 passeports diplomatiques dont les 300 étaient destinés à des sénégalais.

Il récidivera la seconde année en délivrant 1105 passeports diplomatiques à plusieurs nationalités alors qu’en 2018, le gouvernement avait annulé tous les passeports délivrés par le dictateur Yaya Jammeh qui s’élevaient à 271 documents.

Des chiffres qui inquiètent les policiers gambiens qui ont pu en l’espace de quelques jours d’enquête, mettre la main sur quelques 103 passeports diplomatiques. Mais, pour eux, la solution du problème est le chauffeur du Président Barrow qui risque de disparaitre dans la nature comme ses ex gardes du corps.

La State House bloque l’arrestation du chauffeur au motif qu’il a un statut diplomatique. Les députés s’en mêlent et convoquent le ministre des Affaires Etrangères

Depuis l’annonce faite par la police de l’implication du chauffeur du Président, l’administration Barrow a bloquée l’enquête pour éviter que les policiers établissent le lien que l’un des responsables de la Présidence était en train d’aider frauduleusement des personnes à obtenir un passeport diplomatique gambien.

Pour calmer les chancelleries qui interpellaient le gouvernement sur cette floraison de passeports diplomatiques, le ministère des affaires étrangères a rencontré jeudi des membres du corps diplomatique et consulaire et des organisations internationales à propos du scandale des passeports diplomatiques. Malgré les assurances fournies, la Représentante de l’UE a signifié au ministre que des mesures fermes allaient prises pour éviter une immigration massive.

Auparavant, le mardi, le ministre des Affaires étrangères, Mamadou Tangara, a répondu aux questions des membres de l’Assemblée nationale à la suite du scandale. Selon M. Tangara, le ministère des affaires étrangères a délivré en 2017 578 passeports diplomatiques et 320 passeports de service. Et d’ajouter, «En 2018, nous avons délivré 448 passeports diplomatiques et 333 passeports de service», a-t-il ajouté. Le nombre de passeports diplomatiques délivrés par l’administration Barrow en 2017 et 2018 s’élève à 1 026.

Des chiffres que le député Hallifa Sallah a battu en brèche en remettant à ses collègues un document fait par les services de la Présidence qui chiffrent le nombre de passeports délivrés à 2037 entre 2018 et aout 2019. Il s’en prendra au ministre en ces termes, «C’est un chiffre ahurissant si vous le comparez au nombre de passeports diplomatiques délivrés par l’ancien régime qui en 22 ans de règne, n’aura délivré que quelques 271 titres ».

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents