Édito : Ziguinchor : Ousmane Sonko, l’opposant à abattre ou l’escalier pour exister encore (Par Pape Sané)

@Atlantcactu.com – L’affaire Adji Sarr/Ousmane Sonko apparaît de plus en plus comme une branche de secours pour tous ces leaders politiques proches du pouvoir qui depuis la sévère raclée de la dernière présidentielle, étaient devenus aphones pour ne pas dire muets. Les plus objectifs avaient compris qu’il fallait pour l’APR et BBY retourner à la base, travailler et essayer d’inverser la tendance mais, les va-t’en guerre, éternels loosers, continuent de se mentir et de mentir au Président Macky Sall sur une nouvelle reconquête des bastions perdus et tombes aux mains de Pastef et Ousmane Sonko.

Esseulés et abandonnés par un électorat qui depuis Mathusalem, s’est gavé de promesses et par moments, a subi le mépris de ceux-là que Macky Sall fort de son Yonu Yokute, avait désigné comme étant ses représentants en Casamance, les chefs de file de la mouvance présidentielle de Ziguinchor, qui étaient toujours sous anesthésie générale, ont cru saisir l’opportunité des accusations de viols contre Ousmane Sonko pour renaître politiquement et enterrer définitivement celui qui est à l’origine de leur descente aux enfers.

Ces petits chefs de l’APR de la région méridionale dont aucun n’a une stature régionale, limités qu’ils sont à se disputer des leaderships de quartiers, de villages ou de commune, ne peuvent avoir le manteau de leader et de s’élever au-delà des considérations personnelles. Pour preuve, qui parmi ces pseudos leaders prompts à distribuer détergents, masques et autres gadgets devant les médias histoire de montrer leur générosité hypocrite , a pris son courage à deux mains pour aller dans les structures médicales s’enquérir de l’état de santé des blessés lors des émeutes liées à l’arrestation de Ousmane Sonko ou  présenter ses condoléances aux familles des disparus?

C’est vrai que l’occasion est trop grande pour la laisser passer mais, ces fédayins d’un nouveau genre, auraient dû convoquer l’histoire récente pour se rendre compte que Ousmane Sonko est un mal nécessaire et que leur existence politique est liée à la présence de Pastef sans quoi, ils continueront de quémander la signature d’un Décret en leur faveur et non une légitimité démocratique à travers le vote des populations. Surtout pour ceux et celles qui lorgnent avec insistance les mairies de Ziguinchor, Bignona, Oussouye ou autres collectivités 

L’invective à la bouche n’est plus un fonds de commerce politique comme auparavant où il fallait être médisant, arrogant pour se faire « apprécier », aujourd’hui la nouvelle donne est à l’offre de projets structurants pour un idéal commun. C’est ce qu’a compris des responsables politiques comme Benoit Sambou, Aminata Assome Diatta, Mamina Kamara, Ernest Sambou, etc…qui préfèrent aujourd’hui apporter des réponses aux préoccupations des populations endeuillées plutôt que de se conduire en pitre.

Messieurs, prenez le temps de respecter la mémoire des disparus et de compatir à la douleur des dizaines de blessés. Prenez également la peine de comprendre les dessous de cette déferlante contestataire qu’on ne saurait limiter à la seule personne de Ousmane Sonko. Prenez sur vous les responsabilités de l’échec des politiques et promesses faites depuis 2012. Prenez la responsabilité d’assumer que les détournements et l’a mal gouvernance qui caractérise et particularise Ziguinchor, et jamais punis, vont continuellement être un frein pour un quelconque leadership.

Messieurs, si vous ne pouvez offrir le meilleur à vos populations, de grâce taisez-vous !

Pape Sané 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici