jeudi, 18 avril 2024 10:57

Drame de l’immigration clandestine : Une trentaine de jeunes clandestins subsahariens enterrés à Santa Laste

Les plus lus

@Atlanticactu.com – Près d’une trentaine de jeunes candidats à l’émigration qui tentaient de rejoindre l’Espagne via les côtes mauritaniennes ont péri dans le chavirement de leur embarcation de fortune. Sur 59 personnes, il y a trois rescapés dont deux Maliens et une Ivoirienne. Face à cette tragédie, Aboubacar Konaté le président de l’association des Maliens de Tenerife en Espagne et Awa Manga une bénévole sénégalaise se sont rendus aux cimetières de Santa Laste pour rendre hommage aux migrants disparus dans cette autre tragédie de l’immigration.

Encore un drame de l’immigration clandestine. Une embarcation partie de la Mauritanie avec à son bord quelques 59 personnes n’est jamais arrivée à bon port. Le mauvais temps aidant, la pirogue qui a quitté le 4 mai dernier avec à son bord 59 personnes de différentes nationalités (Mali, Mauritanie, Sénégal et Côte d’ivoire), a été retrouvé le 24 mai 2021 errant en plein océan, selon les témoignages de l’un des trois rescapés, Moussa Sacko, rapportés par le président de l’association des Maliens de Tenerife.

« Les accidents de bateau sont fréquents ici. Mais ce qui s’est passé récemment est l’un des plus graves », nous a confié Aboubacar Konaté joint à par nos soins via le réseau social WhastApp.

Le bateau n’est jamais arrivé à destination. Et l’embarcation fut découverte le 24 mai en pleine mer soit vingt jours après le départ, par les secouristes. Quand le bateau avait des problèmes, a rapporté Aboubacar Konaté, certains se sont jetés à l’eau en essayant de se sauver. Parmi ceux restés à son bord, vingt-quatre candidats à l’immigration ont perdu la vie. Seules trois  personnes ont survécu. Elles ont été hospitalisées dans un état de santé fragile. Il s’agit de deux Maliens (Moussa Sacko et Bakary N’Diaye) et d’une Ivoirienne (Aicha). Selon Aboubacar Konaté, l’état de santé des trois rescapés s’améliore de jour en jour. Si  Moussa a complément récupéré, les deux autres sont en convalescence. « Je les ai tous eu au téléphone et ils vont mieux aujourd’hui, leurs états s’améliorent », a-t-il précisé.

Selon une bénévole sénégalaise de la Croix Rouge, Awa Manga, « Les vingt-quatre cadavres découverts dans l’embarcation ont été enterrés dans deux cimetières différents de Santa Laste, sans aucune identification ». Et cette dernière de préciser, « Il ressort des témoignages du rescapé que la moitié des passagers était de nationalité malienne et le reste, des sénégalais, ivoiriens, mauritaniens. Dimanche 20 juin 2021, les différentes associations, sur l’initiative de Aboubacar Konaté président des ressortissants maliens de Ténériffe, ont organisé une cérémonie aux cimetières pour rendre hommage aux disparus. « En ma qualité de président de l’association, j’ai fait des plaques pour mettre des noms car ils ont été enterrés sans avoir été identifiés. Il y a certaines familles qui m’ont appelé. Moussa Sacko, l’un des survivants m’a aussi donné le nom de certains. C’est pour que les gens sachent qui sont enterrés dans ces cimetières », a expliqué Aboubacar Konaté. Il souhaite que les gouvernements malien, sénégalais, ivoirien, guinéen…. s’intéressent  davantage à la situation  des migrants.

L’embarcation avait quitté la Mauritanie pour l’île de Hierro, une petite île des Canaries.

Atlanticactu.com

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents