Débat sur le statut du chef de l’opposition, Bakary Diatta du Pastef crache dessus et précise les priorités

Si le débat fait rage actuellement sur le statut du chef de l’opposition consacré par les constitutions de 2001 et 2016, le Pastef notamment son responsable à Bignona, Bakary Diatta, y voit une énième diversion du Président Macky Sall. L’avis de l’expert des élections, Ndiaga Sylla sur le choix du futur patron de l’opposition semble ne pas être la tasse de thé du côté de Pastef qui se préoccupe plus du sort des populations. .

Se prononçant sur les critères de choix du chef de l’opposition, Ndiaga Sylla y apporte son éclairage : « Depuis la suppression du poste de Premier ministre, le régime sénégalais est à ranger dans la catégorie des régimes présidentiels ».
Ce qui fait précise-t-il que ‘le chef de l’opposition revient au second choix des Sénégalais à l’élection présidentielle. Sur la base de ce critère, c’est Idrissa Seck, le président du parti Rewmi et candidat de la coalition Idy2019, qui doit être le chef de l’opposition ».

Un statut qui aiguise les appétits car, accompagné d’avantages considérables dont une cagnotte de deux milliards de FCfa. Pour certains comme Ndiaga Sylla, « Le statut du chef de l’opposition revient au chef de la majorité de l’opposition parlementaire mais que le dernier choix reste une concertation entre les différents candidats à l’élection présidentielle afin de trouver un consensus » .

« Une farce pour nous divertir encore, le Président Macky Sall a l’habitude à chaque fois qu’il est dans une mauvaise posture d’essayer de créer une diversion. Aujourd’hui, les sénégalais l’interpellent sur le dernier scandale du contrat du fer de la Falémé soulevé par notre leader Ousmane Sonko », a réagit Bakary Diatta, responsable départemental de cette formation à Bignona.

Et pour enfoncer le clou et clore le débat, M. Diatta précise, « Nous sortons à peine d’une élection dont les sénégalais continuent de garder une mauvaise image. À cette occasion, on nous avait » donné » une 3ème place, nous du Pastef, nous en limitons à ce choix », par contre, « Le Pastef n’est pas intéressé une distribution de sucettes, notre combat depuis le début est de mettre fin à la souffrance des sénégalais et introduire les ruptures annoncées. Si Macky Sall peut donner 2 milliards à un chef de l’opposition au moment où Bignona court derrière un hôpital de Nivea 2, où le Fouta est plongé dans des inondations sans précédant, où les étudiants orientés dans le Privé risquent de perdre une année, le Pastef est à la recherche perpétuelle de solutions pour soulager les sénégalais », a déclaré Bakary Diatta en guise de conclusion.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici