Covid-19  : la cheffe du FMI exhorte le G20 à soutenir des changements transformationnels

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Kristalina Georgieva a appelé samedi les pays du Groupe des 20 (G20) a préparer et à soutenir des « changements transformationnels », soulignant que de nouvelles actions politiques seraient nécessaires pour garantir une reprise résistante.

« Des politiques de soutien et de préparation de changements transformationnels sont nécessaires, car certains secteurs pourraient décroître de façon permanente, tandis que d’autres (comme les services numériques) vont entrer en expansion », a estimé Mme Georgieva lors d’une réunion virtuelle des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G20, présidée par l’Arabie saoudite.

« S’adapter au changement de manière inclusive nécessitera une protection sociale adéquate ainsi que la formation des travailleurs et une assistance dans leur recherche d’emploi », a déclaré la présidente du FMI.

Mme Georgieva a souligné que bien que l’incertitude quant aux perspectives économiques globales demeure, les actions sans précédent entreprises par les pays du G20 et d’autres « avaient contribué à éviter un résultat bien pire ».

« Alors que nous entrons dans une nouvelle phase de la crise, de nouvelles actions politiques seront nécessaires, ainsi qu’une coopération internationale accrue », a-t-elle affirmé.

La directrice générale du FMI a souligné l’importance de la réponse sanitaire publique, la qualifiant de « priorité absolue » pour protéger les personnes, les emplois et l’activité économique.

« Dans le monde entier, les pays ont mis en place des mesures exceptionnelles pour soutenir les individus et les travailleurs. Ces filets de sécurité doivent être maintenus dans la mesure du nécessaire, et dans certains cas élargis », a-t-elle déclaré.

Mme Georgieva a fait remarquer que les politiques de soutien fiscal et monétaire devraient continuer « jusqu’à ce que nous puissions garantir une sortie de crise sûre et durable », ajoutant qu’un « retrait prématuré » de ce soutien pourrait entraver la reprise et coûter encore plus cher.

La cheffe du FMI a également souligné la nécessité d’aider les économies les plus pauvres et les plus vulnérables, en particulier celles hautement endettées ou dépendantes de secteurs durement touchés.

Saluant le travail « remarquable » de l’initiative de suspension du service de la dette (ISSD), Mme Georgieva a exprimé l’espoir que son extension soit envisagée.

« Par ailleurs, afin de la rendre encore plus efficace, la promotion de la participation du secteur privé et d’une plus grande transparence sur la dette est nécessaire », a-t-elle déclaré.

Outre l’ISSD, il est nécessaire de réduire les écarts dans la structure de la dette internationale et de penser à un allègement de la dette exhaustif pour de nombreux pays, a estimé Mme Georgieva. « Nous sommes prêts à soutenir ces efforts ».

Lors de la réunion en ligne, le président du groupe Banque mondiale David Malpass a également exhorté les pays du G20 à retarder l’échéance de l’ISSD jusqu’à la fin 2021 et à s’engager à étendre l’initiative autant que possible.

ATLANTICACTU/Xinhua

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici