Coupe d’Italie : Lukaku et l’Inter éliminent Zlatan et AC Milan

Une grosse altercation a opposé Zlatan Ibrahimovic à Romelu Lukaku lors du derby de la Madonnina ce mardi soir en Coupe d’Italie, remporté par l’Inter (2-1), qualifié pour les demies aux dépens de l’AC Milan.

Voyant qu’il avait du mal à descendre en tension, le Suédois Zlatan Ibrahimovic, grand amateur des provocations sur le terrain, s’est mêlé de la partie, invectivant sans discontinuer son ancien coéquipier en Angleterre, qui plus est avec le sourire. Selon la Gazetta dello Sport, Ibra a balancé à Lukaku: « Va faire tes rituels vaudous de m… ailleurs, petit âne ».

Une allusion aux déclarations du propriétaire d’Everton, Farhad Moshiri, au moment du départ du Belge en 2017. « A la réunion (entre le club et Lukaku, ndlr), Rom a appelé sa mère, avait raconté le boss d’Everton. Il a dit qu’elle était en pèlerinage en Afrique, qu’elle avait vu un vaudou et qu’il devait aller à Chelsea. » Finalement, le Belge avait été transféré à Manchester United.

Ibra voit rouge, Lukaku égalise

Ces mots de Zlatan ont eu, en tout cas, le don d’énerver encore davantage Romelu Lukaku, si bien que sur le chemin des vestiaires, incapable de se contenir, il a lâché un très audible: « Tu veux parler de ma mère ? Fils de p*** ». Le Belge aurait aussi lancé « I fuck you and your wife » à Zlatan.

L’affaire a en tout cas bien fait rire Antonio Conte, qui a rejoint les vestiaires avec un immense sourire aux lèvres. Et on aurait pu penser que l’international belge Romelu Lukaku, compte tenu des circonstances, serait le premier à dégoupiller au retours des vestiaires.

Mais c’est bien Zlatan Ibrahimovic qui a été expulsé pour un second carton jaune (il avait été averti suite à son altercation avec Lukaku), consécutif à un léger croche-patte sur un autre vétéran, Aleksandar Kolarov (35 ans). Lukaku, de son côté, a canalisé la colère qui l’habitait pour transformer un penalty rageur et égaliser à vingt minutes de la fin (71e).

Et pour couronner le tout, dans cette soirée mémorable qui risque fort de faire la une de tous les journaux sportifs italiens mercredi, le Danois Christian Eriksen, le mal aimé, a offert la qualification pour les demies à l’Inter au bout d’un temps additionnel interminable (90e+7). Quel scénario !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici