Coronavirus : Hausse des cas positifs, l’État aurait-il peur de « rendre compte »?

La hausse des cas positifs au Coronavirus cacherait elle certains dysfonctionnements ? Possible, quand on sait que l’exécutif est accusé d’« impréparation » ou de « manque de réaction » face à la crise, certains responsables de l’opposition et membres du personnel sanitaire annoncent le pire si la tendance se confirme. Dans cette affaire, le « mauvais rôle » est laissé au Professeur Moussa Seydi qui est monté au créneau pour attirer l’attention des populations.

C’est un sujet tabou, qui représente pourtant une source d’inquiétude majeure au sommet de l’Etat : la peur d’une éventuelle hausse des cas positifs suite à la gestion de la crise du coronavirus. Selon nos informations, le président Macky Sall aurait évoqué le sujet pour la première fois, lundi , en apprenant la tendance ascendante actuelle.

Le locataire du Palais aurait notamment regretté, selon un participant à la rencontre , que certains membres de l’opposition, nourrissent le projet de lancer plusieurs commissions d’enquêtes parlementaires. D’autre part , des médecins menacent de jeter l’éponge à cause de l’inertie du gouvernement et des confinés du Lac Rose agitent également d’éventuelles poursuites pénales. Une véritable épée de Damoclès pour le pouvoir.

Même si l’union sacrée est de mise , ces derniers jours, certains responsables de l’opposition et personnels sanitaires ont ainsi accusé l’exécutif d’« impréparation » face à la crise du coronavirus ou de « manque de réaction », pointant notamment du doigt le déficit de masques, de tests ou de lits dans les services de réanimation. Avec un mot d’ordre : le sommet de l’Etat devra « rendre des comptes ».

Acteurs politiques, membres de la Société Civile, le maître mot est le même : Identifier les défaillances et dysfonctionnements, une transparence de mise car de nombreuses questions sont agitées

Autant de déclarations qui agacent dans les coulisses du pouvoir. « Sous le vernis de l’unité nationale affichée, ces annonces sont ressenties clairement comme des menaces – elles en sont d’ailleurs – et nuisent au bon fonctionnement de l’Etat dans la lutte contre la crise, en mettant aux ministres et aux services une pression supplémentaire en plus de celle, déjà lourde, qu’ils supportent », explique un responsable de la majorité. Avant de souligner : « Les menaces sont évidentes. Une commission d’enquête ou des audits peuvent déboucher sur des sanctions pénales. »

Pour Abdourahmane Sow, responsable du REVOCAP Covid-19SN, une structure mise en place pour répondre à l’appel de la République, « En mettant ce réseau en place, nous voulons au delà de nos combats de tous les jours apporter notre contribution pour contrer la pandémie. Heureux hasard, déjà au niveau du COS/M23, nous avions lancé la réflexion pour asseoir une stratégie globale, unitaire et citoyenne dans la prévention contre lez Coronavirus ».

« Donc l’appel du Chef de l’état n’a fait que nous confirmer dans notre volonté de mettre rapidement ce réseau et aller vers les Sénégalais. Heureusement également que le personnel médical, les acteurs politiques, de la Société Civile, des mouvements de jeunes, femmes, et même des autorités publiques ont décidé spontanément de venir porter le projet qui peut être une voix de salut pour le Sénégal face à la pandémie », renseigne M. Abdourahmane Sow.

Khadim Mbodj (Atlanticactu.com)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici