Contrats pétroliers : La cacophonie n’est-elle pas le véritable danger pour Macky Sall

Le tollé né de la publication de l’enquête de la chaîne britannique BBC, continue de polluer l’atmosphère. Si pour une première fois, le Président de la République a vu un scandale « ébranler » son magistère au vu de l’implication supposée de son frère dans l’octroi de certains contrats, son véritable ennemi reste sans doute, la communication surtout la mauvaise qui est plus néfaste que le reportage de BBC. Après son ministre de la Justice qui en a fait une affaire privée avant de saisir le Procureur, son ex chargé de la communication qui avait confirmé les 250.000 dollars reçus par Aliou Sall, c’est Mamadou Fall Kane qui dément publiquement le président qui avait promis la
Le tollé né de la publication de l’enquête de la chaîne britannique BBC, continue de polluer l’atmosphère. Si pour une première fois, le Président de la République a vu un scandale « ébranler » son magistère au vu de l’implication supposée de son frère dans l’octroi de certains contrats, son véritable ennemi reste sans doute, la communication surtout la mauvaise qui est plus néfaste que le reportage de BBC. Après son ministre de la Justice qui en a fait une affaire privée avant de saisir le Procureur, son ex chargé de la communication qui avait confirmé les 250.000 dollars reçus par Aliou Sall, c’est Mamadou Fall Kane qui dément publiquement le président qui avait promis la renégociation des contrats.

Pourtant, en juin 2018, à l’occasion de l’ouverture de la 3e Assemblée générale de l’Association des autorités anti-corruption d’Afrique (AAACA) à Dakar, Macky Sall disait ceci : « Le moment est venu de renégocier les contrats portant sur les ressources naturelles en Afrique… On vous dira que l’obstacle c’est la stabilité juridique des contrats. Mais si nous ne nous arrêtons pas à un moment donné, l’Afrique continuera à voir ses ressources naturelles partir. Et nous n’aurons plus que le trou béant abandonné après l’exploitation de nos mines, de nos carrières, de notre pétrole et de notre gaz. (…). Donc, il faut des renégociations pour toutes ces conventions. C’est un grand combat. Il faut aussi que l’Afrique harmonise ses législations ».

Pour le Président Macky Sall qui s’adressait à l’assistance, « Le moment est venu de renégocier les contrats portant sur les ressources naturelles ». Et, à l’époque, MR Sall avait indiqué les voies et moyens légaux pour que le Sénégal et d’autres pays du continent, puissent avoir gain de cause.

À cette même occasion, le Président Sall avait déclaré, « je félicite l’Association des Autorités Anti-Corruption d’Afrique (AAACA) pour cette excellente initiative en faveur d’une meilleure gouvernance des ressources naturelles. C’est dire, tout le plaisir que j’ai de présider votre assemblée générale dont le thème est : « l’effectivité de la coopération des Institutions Africaines de lutte contre la Corruption pour une gestion transparente des ressources naturelles ». Une prise position sans équivoque du Chef de l’état.

Mamadou Kane Fall, Secrétaire permanent adjoint du Cos-Petro Gaz prend le contrepied du Président Macky Sall

Pour ceux qui s’offusquaient de la gestion solitaire de nos ressources naturelles, le Président Sall avait, à l’occasion de cette rencontre de Mai 2018, tenu ces propos, « Dans le même sillage, j’ai mis en place le Comité d’Orientation Stratégique, du Pétrole et du Gaz (COS-PETROGAZ) qui traduit mon ambition de gérer les ressources pétrolières et gazières de façon inclusive et durable, dans l’intérêt des populations.

Comme s’il avait anticipé sur cette fronde populaire qui sest créée autour de l’affaire Petrotim, le chef de l’état semble ne pas voguer dans les mêmes eaux que le Secrétaire permanent adjoint du Cos Pétro Gaz. En effet, ce dernier qui était invité sur une radio de la place, a affirmé que le Sénégal ne va pas renégocier les contrats pétroliers.

Pour Mamadou Fall Kane, «Quand on connait la pratique dans l’industrie pétrolière, on sait que cela relève de la méconnaissance néfaste du fonctionnement du secteur. Il n’est pas envisageable. Il n’y aura pas renégociation de quoi que ce soit parce qu’il y a la protection juridique des investissements. Les contrats ont été bien signés. Ils sont en ligne», a assuré l’invité de l’émission « jury du dimanche » sur Iradio.

De telles certitudes d’une voie aussi autorisée, sonne comme un glas pour tous ces sénégalais qui avaient pris au rebond les vœux du Président de la république de renégocier les contrats qui agitent le landernau politique. Que les membres de la Plateforme « Aar Li nu Bokk » qui exigent la renégociation de tous les contrats pétroliers et gaziers signés par l’Etat du Sénégal se le tiennent pour dit. Mamadou Fall Kane, le Secrétaire permanent adjoint du Comité d’orientation stratégique du pétrole et du gaz (Cos-petrogaz) persiste et signe qu’il n’y aura pas de renégociation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici