Contrat d’affermage de l’eau : Après la plainte annoncée du Forum Social,  Les consuméristes en ordre de bataille

L’attribution du contrat d’affermage de l’eau continue de se faire désirer. Les deux protagonistes la SDE et SUEZ, la société Véolia ayant notifié son retrait du processus depuis le 4 Mai pour cause de nullité du dossier d’appel d’offres, jouent les prolongations sous fonds de soupçons de corruption. Soupçons qui sont à l’origine de la saisine de l’OCLCLIF Français et de la plainte du Forum Social Sénégalais. Ce jeudi, plusieurs associations consuméristes ont essayé d’en savoir davantage.

Une patate chaude entre les mains de l’Etat. Telle pourrait être le titre d’un film à suspense pour caricaturer le dossier d’appel d’offres du contrat d’affermage de l’eau. En effet, depuis octobre 2017, date du lancement de l’offre qui allait permettre soit à la Sénégalaise des Eaux, bénéficiaire de la concession depuis 1996, soit les deux autres prétendants que sont Véolia et Suez.

Pourtant, lors de l’ouverture des plis, il ressort de confidences faites à Atlanticactu.com que les représentants du ministère de tutelle ainsi que ceux de Véolia et Suez, avaient félicité la SDE pour la qualité de son offre. Mais entre le dépouillement des dossiers et aujourd’hui,beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts.

Des soupçons de corruption ont été décelés dans cette offre au point que l’hebdomadaire Jeune Afrique en a fait l’écho à travers une de ses publications. Il a été également soulevé des questions liées à un réel conflit d’intérêt sans compter qu’on ne parvient toujours pas à expliquer comment l’offre la moins disante, celle de la SDE qui était de l’ordre de 277 francs le mètre cube contre 298,5 pour SUEZ, n’a pas été retenue.

Les incongruités de ce dossier ont fini par atterrir sur la table des enquêteurs de l’Office Central de Lutte contre la Corruption et les Infractions Fiscales (OCLCLIF) pour corruption d’Agent Public Étranger, Fraude Fiscale et autres délits connexes sans compter la plainte du Forum Social qui a accusé carrément la société Suez de pratiques « illégales » au point de saisir le Tribunal de Grande Instance de Paris.
Une situation inconfortable pour l’État surtout avec l’enquête de la BBC sur des malversations liées aux contrats pétroliers et, publiée cette semaine incriminant certaines personnalités publiques notamment, Aliou Sall le frère du Président de la République.
Moment choisi par les associations consuméristes qui ont décidé de tailler bavette avec la SDE pour trouver une solution.

Les consuméristes en sapeurs-pompiers dans les locaux de la SDE désamorcer la bombe

Aphones depuis le début de cette affaire qui est le dao le plus de l’histoire de notre pays, les associations consuméristes ont décidé à la suite du Forum Social de s’impliquer sur la question et jouer les facilitateurs. Pendant plusieurs heures, les différents responsables des représentants des consommateurs sénégalais, ont été imprégnés de la réalité et des points de blocages. Nombreux parmi eux étaient médusés de voir que l’offre de la SDE était de loin la meilleure. Meilleure non seulement sur les prix proposés mais également meilleure sur la qualité technique et surtout sur le volet social.

Pour l’un d’entre eux que nous avons joint au téléphone, « C’est dommage que mon organisation ne soit pas impliqué plutôt, cela aurait permis d’éviter tout ce stress et permettre à la SDE de continuer son plan d’investissement qui est une avancée dans le domaine de l’eau ». Ce dernier apparemment très satisfait de la présentation qui leur a été faite par les staffs technique et financier de la SDE, compte être leur avocat auprès des autorités. Ce qui lui fait à ce propos, « Avec ce que nous avons comme informations et documentations, il serait incompréhensible de voir l’État s’entêter à vouloir octroyer le contrat à une autre société mais, il faudra d’abord ramener la sérénité parmi les protagonistes ».

À noter également le conflit d’intérêt qui est visible comme un nez sur le visage. En effet, Suez group à qui le comité technique d’évaluation des offres a encore attribué provisoirement le marché d’affermage de l’eau est propriétaire à 100% de Suez international, né sur les cendres de Degremont – qui a construit Kms1 et Kms2 -, et qui est en train de réaliser Kms3. Alors que le 1er juin 2018, date de l’attribution de l’attribution définitive de Kms3 à Suez international, coïncide avec l’ouverture des offres pour le contrat d’affermage de l’eau. Toutes choses qui font que Suez Group, pour éviter un conflit d’intérêt manifeste avec sa filiale Suez international, devrait se retirer de ce marché

L’interpellation du Président de la CAF hier jeudi à Paris après celles de Maixent Accrombessi, tout puissant directeur de cabinet d’Ali Bongo et de Seydou Kane, « Conseiller » du Président sénégalais pour les faits de corruption d’Agent Public Étranger et complicité de corruption, inquiètent au plus sommet

Tout est parti de l’offre de cinq bennes-tasseuse à la ville de Saint-Louis par Suez dont Mansour Faye, ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement est le Maire. Ce don de cinq camions à benne tasseuse qualifiés de « vieux de 15 ans, en fin de vie, à la demande de la municipalité de Saint-Louis » intervenait des mois avant l’appel d’offres pour le contrat d’affermage de l’eau. Autre révélation troublante toujours dans cette affaire. Cette fois-ci, c’est Jeune Afrique qui révélait, alors que la SDE avait déposé un recours au niveau de l’ARMP, avant même que celle-ci ne se prononce, Mansour Faye avait fait une sortie pour dire « être en mesure de confirmer » le choix de Suez pour assurer la gestion de service public de production et distribution d’eau potable dans les centres urbains.

Des pratiques qui créent une certaine confusion au point que le FSS dirigé par Mamadou Mignagne Diouf soit convaincu de cas de « corruption », de « deal » dans le processus ayant abouti à la suite d’un appel d’offres à l’attribution du contrat d’affermage de l’eau à Suez. Ceci, au détriment de la Sénégalaise des eaux (SDE) qui détenait ce contrat depuis 1996. M. Mamadou Mignane Diouf justifie ces plaintes devant le Tribunal de Paris ainsi qu’au niveau de l’OFNAC et de l’ARMP par cette gaffe commise par le Directeur général de Suez qui a soutenu que le groupe français a dépensé beaucoup de millions d’euros dans l’appel d’offres pour l’attribution du contrat d’affermage de l’eau. Faudrait-il faire remarquer qu’avant cette sortie du Directeur général que dénonce le FSS, l’attribution de ce contrat en octobre 2018 à Suez, avait soulevé le tollé au Sénégal.

« Je ne tomberais pas seul et je ne serais l’agneau du sacrifice de personne « 

L’homme qui a tenu ces propos, promet de d’édifier les sénégalais très prochainement car, dit-il, « Il semble qu’on veuille me faire porter la responsabilité de tout ce méli-mélo et cela, je ne l’accepterai pas. Le moment venu, je donnerai ma part de vérité « 

L’interpellation du puissant Président de la CAF à Paris ce jeudi, a sonné comme un glas pour certains qui commencent à comprendre que le Quotidien SourceA, avait donné une information avérée quant à la saisine de L’OCLCLIF sur cette affaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici