Colette Senghor, l’épouse de l’ancien président sénégalais Léopold Sédar Senghor, est décédée lundi 18 novembre 2019, dans sa maison à Verson, tout près de Caen. Près de vingt ans après la disparition du premier président du Sénégal, l’ex Première Dame qui s’était retirée en Normandie, vient de quitter ce bas monde et, devrait être inhumée au Sénégal selon Moustapha Niasse, le Président de l’assemblée nationale qui était un proche de la famille.

« C’est avec une immense tristesse que la Ville de Verson apprend ce lundi 18 novembre 2019, le décès de Mme Colette Senghor. » Colette Senghor allait avoir 94 ans. Elle s’est éteinte dans dans sa maison familiale de Verson près de Caen (Calvados).

Première dame du Sénégal, toute une vie

Née le 20 novembre 1925 dans la Meuse, Colette Hubert épousa en 1957 Léopold Sédar Senghor alors député du Sénégal. Elle fut la muse du poète, lequel lui consacra un recueil intitulé « Lettres d’hivernage », et évoquait ainsi leur première rencontre :
Lorsqu’un jour à Paris, une Africaine m’a présenté sa jeune amie, Colette Hubert, une Normande, j’ai eu, soudain, comme un coup au cœur.

Colette Senghor deviendra la première dame du Sénégal, épaulant avec élégance et discrétion, la vie politique de son mari. C’est elle qui lia à jamais le poète Président à la Normandie, et plus spécifiquement à Verson, où le couple prit l’habitude de venir en villégiature dans la maison familiale de Mme Senghor au 150 rue du Général Leclerc, puis d’y résider à partir des années 80.

Une histoire d’amour qui a marqué Verson

Colette Senghor a continué à veiller sur la mémoire de son mari, faisant en sorte qu’une partie de ses archives soit conservée, notamment au sein de la salle Djilor dans l’Espace Senghor à Verson. Cette histoire d’amour versonnaise a marqué à jamais la commune, qui chaque année, à travers sa programmation culturelle, prend soin de faire partager ce bel héritage : « s’ouvrir à la culture universelle en acceptant la diversité de ses expressions. »

Lors des cérémonies du centenaire de Léopold Sédar Senghor à Verson en 2006, le secrétaire général de la francophonie Abdou Diouf, avait ainsi salué Mme Senghor :

Les terres nous sont données par les femmes. Ces femmes dont un grand esprit a dit qu’elles devaient être les sentinelles de l’invisible.
L’une des plus belles rencontres du photographe Jean-Yves Desfoux

Jean-Yves Desfoux, reporter photographe en Normandie, a rencontré le couple dans les années 1990 lors d’une séance photos dans sa propriété de Verson. Il parle de l’une des plus belles rencontres de sa carrière.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici