15 blessés dans des affrontements entre Forces Spéciales et Éléments GIGN

L’exercice portant sur une opération de simulation de libération d’otages à la sous-préfecture de Kéniéba, dans le département de Bakel, s’est terminé par une séance de pugilat entre les éléments des Forces Spéciales et ceux du Groupement d’intervention de la Gendarmerìe Nationale. L’arrestation d’un gendarme et son passage à tabac par les Forces Spéciales est à l’origine des affrontements qui ont fait plusieurs blessés.

Le pire a été évité de justesse ce lundi lors d’une manœuvre des forces de défense et de sécurité. Selon des sources de Igfm, des éléments des forces spéciales de l’armée et du  Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (Gign) en sont venus aux mains, à coups de cross, occasionnant une quinzaine de blessés des deux côtés.

Selon nos informations, l’affaire a été déclenchée par un des éléments du Gign, qui, dans le cadre de cet exercice de simulation, a été arrêté par les forces spéciales de l’armée, mais a refusé de se rendre. Il a alors été tabassé à coup de cross par ces dernières. Ce qui a déclenché une bataille rangée entre ces éléments de l’armée et de la gendarmerie.

Une quinzaine de blessés des deux côtés ont été déplorés. Selon nos informations, si ce n’était pas la prompte intervention des éléments de la Brigade d’intervention polyvalente (Bip) de la Police Nationale, un corps d’élite, l’irréparable allait se prod.

Une enquête est ouverte pour élucider cette affaire, nous dit-on.

Atlanticactu.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici