Allemagne : 8ème titre consécutif, la drôle de saison du Bayern Munich

Bayern Munich FC

Le Bayern Munich a officiellement remporté son 8e titre consécutif de champion d’Allemagne en s’imposant ce mardi contre le Werder Brême (1-0). La nouvelle n’étonnera personne tant le cador bavarois a dominé les débats en 2020, mais cette saison restera comme l’une des plus mouvementées de l’histoire récente du club.

C’est comme si c’était fait. Le Bayern Munich a tenu à le confirmer ce mardi soir. Le club bavarois a décroché son huitième titre de champion d’Allemagne consécutif en s’imposant contre le Werder Brême (1-0), grâce à un but de l’inévitable Robert Lewandowski, auteur de sa 31ème réalisation en Bundesliga cette saison. Alors que le Borussia Dortmund doit encore disputer 3 matches (9 points possibles), le Bayern compte 10 points d’avance sur son dauphin. La messe est dite.

Cette victoire contre le Werder Brême ne restera pas dans les annales. Personne ne pourra dire « j’y étais », mais surtout les Bavarois n’ont pas eu à forcer leur talent face à l’avant-dernier du championnat.  Ce succès aura au moins le mérite de boucler la boucle. Le Bayern Munich avait justement enclenché sa série d’invincibilité le 14 décembre dernier contre… le Werder Brême et une victoire probante 6-1. Une série qui aura empêché le maintien du moindre suspense pour le titre en vue de la fin de saison.

Pire départ depuis 2010-11

Tout avait pourtant mal commencé. Le 3 novembre dernier, après une humiliation subie à Francfort (défaite 5-1), l’entraîneur Niko Kovac prenait la porte. En cause, un début de saison jugé insatisfaisant, pas au niveau des standards du club. Plus précisément, il s’agissait de son plus mauvais départ en championnat depuis 10 ans, prenant seulement 18 points sur les 10 premières journées. Le Bayern Munich n’avait jamais semblé aussi fébrile depuis la fin de l’ère Louis van Gaal en 2011.

Alors que des noms très prestigieux comme ceux d’Arsène Wenger ou de Massimiliano Allegri circulaient pour récupérer la place laissée vacante sur le banc, la suite a été confiée à un homme de l’ombre, l’adjoint Hans-Dieter Flick. Celui qui a été le le bras-droit de Joachim Löw en sélection allemande pendant près de 8 ans (2006-2014) n’a pas connu des débuts idylliques avec le Bayern, concédant deux défaites lors de ses quatre premiers matches en Bundesliga. Le 7 décembre dernier, date du revers à Monchengladbach (2-1), le Bayern Munich pointait à une très inhabituelle 7e place.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici